AFP
AFP

Nobel: le traité d'interdiction des armes nucléaires «ne rendra pas le monde plus pacifique»

Nobel: le traité d'interdiction des armes nucléaires «ne rendra pas le monde plus pacifique»

Photo AFP

AFP

WASHINGTON | Les États-Unis «ne signeront pas» le traité d'interdiction de l'arme atomique défendu par l'organisation récompensée par le prix Nobel de la paix, mais ont réaffirmé vendredi leur engagement à «créer les conditions pour un désarmement nucléaire».

«Ce traité ne rendra pas le monde plus pacifique, n'aboutira pas à la destruction de la moindre arme nucléaire et ne renforcera la sécurité d'aucun État», a déclaré à l'AFP un porte-parole du département d'État américain, soulignant que le texte porté par la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) n'est soutenu par aucun pays détenteur de la bombe atomique.

«L'annonce d'aujourd'hui ne change pas la position des États-Unis sur ce traité», qui «ignore les défis sécuritaires actuels rendant la dissuasion nucléaire nécessaire», a-t-il insisté, quelques heures après l'attribution du Nobel à l'ICAN.

L'ICAN est une coalition d'organisations non gouvernementales qui a remporté une importante victoire en juillet à l'ONU lorsque des dizaines de pays ont lancé la signature d'un traité bannissant l'arme atomique. Mais la portée du texte reste symbolique en raison du boycott par les puissances nucléaires ou qui aspirent ouvertement à le devenir (États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord).

Pour autant, les États-Unis «restent engagés à respecter leurs obligations dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire», signé lui par la plupart des grandes puissances, «et à travailler avec tous les pays pour améliorer la sécurité internationale» et «réduire les risques nucléaires à travers le monde», selon ce porte-parole du département d'État.

«Nous appelons tous les pays à travailler avec nous sur des mesures pragmatiques et concrètes pour accomplir cela», a-t-il ajouté.

Prié de dire si ce Nobel pouvait être interprété comme un message à l'administration américaine de Donald Trump avant sa décision très attendue sur le sort de l'accord historique sur le programme nucléaire iranien, le ministère américain des Affaires étrangères n'a en revanche pas répondu.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos