AFP
AFP

Séisme au Mexique: derniers efforts pour retrouver des survivants

Séisme au Mexique: derniers efforts pour retrouver des survivants

Photo AFP

AFP

L'espoir de retrouver les derniers survivants sous les gravats et la ferraille faiblissait dimanche à Mexico, mais cinq jours après le puissant séisme qui a fait 318 morts, secouristes et volontaires poursuivaient obstinément leurs recherches.

Après des heures de recherches dans les décombres d'un immeuble d'habitations de Tlalpan, dans le sud de la capitale, les sauveteurs ont retiré un cadavre dimanche. La veille, une inspection à l'aide d'un scanneur thermique avait pourtant nourri l'espoir que deux personnes soient encore en vie sous les gravats.

Le dernier bilan en date du séisme de magnitude 7,1 qui a frappé le 19 septembre est monté dimanche à 318 morts, dont plus de la moitié dans la capitale, où vivent 20 millions de personnes. Entre mardi et samedi, 69 personnes ont été sorties en vie d'immeubles effondrés, a indiqué la Protection civile.

Près de là, dans l'école Enrique Rebsamen où sont morts 19 enfants et six adultes, l'armée poursuivait les recherches pour tenter de retrouver une employée.

«Nous réaffirmons catégoriquement que pour l'instant aucun immeuble ne sera démoli et qu'aucun engin lourd ne sera employé tant qu'on n'aura pas la pleine certitude» d'avoir secouru toutes les victimes, vivantes ou mortes, a martelé devant la presse le capitaine de Marine Sergio Suazo, tentant d'apaiser les craintes de plus en plus vivaces des familles de voir les travaux se terminer.

Dans les quartiers à la mode de Roma-Condesa, les recherches continuaient sur les décombres d'un immeuble de bureaux. Dans les rues aux alentours, où se trouvent de nombreux bars et restaurants, un calme inhabituel avait régné samedi.

«Tu es un guerrier»

«Patience, nous attendons l'arrivée de caméras infrarouges qui vont pouvoir détecter les corps », a promis dimanche à l'aube le coordinateur technique de la Croix-Rouge mexicaine, Ulises Zarate, sur la chaîne Televisa. Des chiens sauveteurs continuaient de rechercher les survivants ou les dépouilles.

Devenu emblème de l'attente douloureuse des familles, un immeuble de l'avenue Alvaro Obregon concentrait toujours les espoirs des proches qui campent devant depuis mardi.

Sur une couverture, le portrait de l'une des victimes a été posé avec un message d'espoir: «Adrian, tu es un guerrier. Ta famille, tes amis et Dario, nous t'attendons tous».

Mais le délai critique franchi vendredi des premières 72 heures, au-delà duquel les chances de survie sont très faibles, paraît désormais bien loin. Même si les Mexicains se souviennent des sauvetages «miracles» accomplis après le grand séisme du 19 septembre 1985, qui avait fait plus de 10 000 morts et jusqu'à 30 000 selon certaines estimations.

La fatigue et le désespoir se sont installés sur ce tronçon d'avenue bloquée à la circulation. Epuisés, certains secouristes jettent l'éponge.

Les autorités ne disent pas combien de personnes pourraient être enterrées sous les gravats, mais une liste de disparus recensés par les familles accrochée à un poteau mentionne 46 noms.

Un fauteuil rouge, une grosse climatisation, un énorme bout de toit et, vision insolite, un tableau apparemment intact ont été extraits des décombres samedi. Le bruit du déblaiement, « c'est de l'espoir pour eux, ils savent qu'on les cherche », confiait alors Maria Soledad Dias, amie d'un disparu.

Un perroquet sauvé

Rompant la lugubre litanie des mauvaises nouvelles, un curieux sauvetage réjouissait les Mexicains dimanche, celui d'un perroquet vert vif sorti vivant des gravats poussiéreux la veille par deux sauveteurs. «Du calme, du calme, du calme, mon petit», lui dit l'un des volontaires pendant qu'il l'extirpe des gravats, avant de le mettre dans un carton.

Mais si la vie reprend peu à peu ses droits dans les rues, l'humeur reste sombre et anxieuse, surtout face à la menace de répliques sismiques.

Les nerfs de la population, déjà profondément éprouvés depuis le séisme de mardi, ont été à nouveau soumis à rude épreuve samedi par une nouvelle secousse de 6,1.

Parfois pieds nus, en pyjama ou serviette de bain, les habitants se sont précipités dans les rues de Mexico en entendant l'alerte sismique qui a retenti peu avant 08H00 du matin.

Deux personnes sont mortes d'un infarctus «à cause du séisme» dans la capitale, selon la Protection civile. Et près de l'épicentre, dans l'État d'Oaxaca, la secousse a causé la mort d'un homme et d'une femme. Il s'agissait d'une réplique du séisme de magnitude 8,2 --le plus puissant en un siècle au Mexique-- qui a fait 96 morts dans la région début septembre.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos