AFP
AFP

3 maires interrogés, mais pas inculpés

3 maires interrogés, mais pas inculpés

AFP

AFP

Des maires de Catalogne, qui avaient annoncé vouloir participer à l'organisation du référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre, ont été interrogés mardi par des magistrats du parquet sans être inculpés, a-t-on appris auprès de l'Association des municipalités pour l'Indépendance (AMI).

Trois maires ont été entendus mardi matin, à La Seu d'Urgell dans le nord de la Catalogne, ainsi qu'à Barcelone, selon cette association.

« Aucune charge n'a été notifiée », a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'association qui représente plus de 700 municipalités catalanes favorables à l'indépendance de cette région espagnole de 7,5 millions d'habitants.

Il a précisé que ces maires n'ont pas été, pour l'instant, présentés à un juge d'instruction, le seul qui puisse les inculper. « Ceci n'est pas nécessaire et c'est disproportionné », a ajouté le porte-parole.

Les trois maires du parti PDeCAT (conservateur et indépendantiste) ont refusé de signer la moindre déposition.

« Je n'ai répondu à aucune question et finalement on m'a transmis un avertissement », a déclaré à la presse après sa déclaration Jose Troguet, maire de la petite localité de pont de Suert, 2300 habitants, au pied des Pyrénées.

« Je voulais expliquer pourquoi je refusais de répondre aux questions, mais on ne m'a pas laissé le faire, alors logiquement j'ai refusé de signer ma déposition », a aussi déclaré Marc Solsona, de Mollerussa (15 000 habitants), à 140 km à l'ouest de Barcelone.

M. Solsona s'exprimait entouré de manifestants qui criaient « No tinc por (nous n'avons pas peur!) ». La présidente indépendantiste du Parlement régional, Carme Forcadell était également venue l'attendre.

Une cinquantaine de maires ont pour l'instant reçu des convocations similaires, selon l'AMI.

Plus des deux tiers des 948 maires se sont engagés à ouvrir leurs locaux municipaux pour le vote du 1er octobre.

En revanche cinq des dix grandes villes catalanes préfèrent rester à l'écart de ce référendum déclaré anticonstitutionnel.

Les séparatistes sont majoritaires en sièges au Parlement régional depuis septembre 2015. Mais la société catalane est très partagée sur la question de l'indépendance, selon les sondages.

Aux élections régionales en 2015, les indépendantistes avaient obtenu 47,6% des suffrages et le camp soutenant le maintien en Espagne 51,28%.

Plus de 70% des Catalans souhaitent cependant pouvoir s'exprimer à travers un référendum en bonne et due forme, selon tous les sondages.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos