AFP
AFP

France: un ministre ciblé par une enquête quitte le gouvernement

France: un ministre ciblé par une enquête quitte le gouvernement

Richard FerrandPhoto AFP

AFP

Le président Emmanuel Macron a demandé à Richard Ferrand, ministre mis en cause dans une affaire immobilière, de quitter le gouvernement pour «briguer la présidence du groupe» du parti présidentiel à l'Assemblée nationale, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

L'entourage de Richard Ferrand, un proche du chef de l'État, a «confirmé» à l'AFP que le ministre avait «accepté» cette proposition.

Visé par une enquête préliminaire de la justice, ce dernier ne sera resté qu'un mois à la tête de son ministère de la Cohésion des Territoires.

Son départ intervient à la faveur de la démission du gouvernement, présentée lundi par le premier ministre Edouard Philippe, comme il est de tradition au lendemain d'élections législatives. Immédiatement renommé à son poste par le président Emmanuel Macron, M. Philippe a été chargé de former une nouvelle équipe d'ici à mercredi soir.

Interrogé par l'AFP, l'entourage du chef de l'État a assuré que Richard Ferrand ne faisait pas les frais de ses démêlés avec la justice qui a diligenté une enquête après la publication fin mai d'un article du Canard enchaîné.

L'hebdomadaire satirique avait révélé qu'en 2011, les Mutuelles de Bretagne, dirigées à l'époque par Richard Ferrand, avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne.

Son départ du gouvernement n'est «pas du tout lié aux affaires», a insisté l'entourage du chef de l'État. «Le président voulait que Richard Ferrand prenne la tête du groupe car c'est un homme de confiance et d'efficacité», a-t-on déclaré de même source.

Après sa large victoire aux législatives de dimanche, le mouvement présidentiel La République en Marche sera le premier groupe de l'Assemblée avec 308 députés, dont de nombreux novices.

Parlementaire expérimenté, Richard Ferrand, ex-socialiste rallié de la première heure à Emmanuel Macron, a été réélu député dans sa circonscription de Bretagne avec plus de 56% des voix dimanche, en dépit de l'affaire qui le vise.

Il est devenu en moins de trois ans un des hommes de confiance d'Emmanuel Macron dont il a structuré le parti et accompagné l'ascension.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos