AFP

Assassinat du demi-frère de Kim: une suspecte arrêtée

Assassinat du demi-frère de Kim: une suspecte arrêtée

Kim Jong-Nam. Photo Archives / AFP

KUALA LUMPUR, Malaisie - Une suspecte dans l'assassinat du demi-frère en disgrâce du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un devait être présentée devant un tribunal jeudi en Malaisie, où la police recherche d'autres suspects impliqués dans ce mystérieux homicide attribué par Séoul à des agents de Pyongyang.

La suspecte, une femme de 28 ans détentrice d'un passeport vietnamien, est en garde à vue depuis son arrestation mercredi à l'aéroport de Kuala Lumpur où l'assassinat a été perpétré lundi, a précisé la police malaisienne.

Deux femmes auraient aspergé du liquide au visage de Kim Jong-Nam au moment où il s'apprêtait à embarquer pour Macao, région administrative de Chine où il a passé de nombreuses années en exil.

Kim, un homme corpulent de 45 ans à la réputation de playboy, marchait dans le hall des départs au moment de l'attaque, selon la police malaisienne. 

Des images de vidéo-surveillance publiées par les médias malaisiens montrent une Asiatique présentée comme l'une des suspectes, vêtue d'un haut blanc frappé des lettres "LOL".

«Nous recherchons d'autres suspects», a déclaré à l'AFP Abdul Samah Mat, chef de la police de l'État de Selangor où est situé l'aéroport, refusant de préciser le nombre de personnes recherchées et leur nationalité.

Autopsie

Le corps de Kim est conservé dans un hôpital de Kuala Lumpur. Une autopsie a été pratiquée mais les résultats n'ont pas encore été communiqués.

Selon des sources anonymes cités par des médias malaisiens, la Corée du Nord a demandé la restitution du corps. Le chef de la police avait indiqué mercredi que personne ne s'était présenté avec une telle demande et que le corps resterait à la morgue jusqu'à ce qu'il soit réclamé.

Cependant, des représentants de l'ambassade de Corée du Nord en Malaisie ont été vus au département de médecine légale de l'hôpital dans un véhicule diplomatique mercredi après-midi et à nouveau dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'assassinat de Kim a été présenté par Séoul comme une preuve de «la brutalité et la nature inhumaine» du régime de Pyongyang.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos