AFP

Trump se démarque sur la solution à deux États

Dernière mise à jour: 15-02-2017 | 14h20

WASHINGTON - Marquant une rupture dans la politique américaine au Proche-Orient, Donald Trump a affirmé mercredi que la «solution à deux États» n'était pas la seule possible dans le conflit israélo-palestinien, soulignant qu'il était ouvert à des alternatives si elles mènent à la paix.

En accueillant à la Maison-Blanche son «ami» le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le nouveau président a vanté les liens «indestructibles» des États-Unis avec Israël, tout en appelant l'État hébreu à «la retenue» sur la poursuite de la colonisation dans les Territoires palestiniens.

Lors de leur conférence de presse commune, M. Netanyahu, qui entretenait des relations exécrables avec Barack Obama, a loué le nouveau locataire républicain de la Maison-Blanche, affirmant qu'il offrait «une occasion sans précédent» pour faire avancer la paix.

«Il n'y a pas de meilleur soutien du peuple juif et de l'État juif que le président Donald Trump», a-t-il martelé.

Rompant avec un principe de référence défendu depuis un demi-siècle par la communauté internationale et tous les présidents américains, démocrates comme républicains, M. Trump a affirmé qu'il n'était pas arc-bouté sur la solution à deux États, qui prévoit la création d'un État de Palestine coexistant en paix avec Israël.

«Je regarde (la solution à) deux États et (la solution à) un État et si Israël et les Palestiniens sont contents, je suis content avec la solution qu'ils préfèrent. Les deux me conviennent», a-t-il affirmé.

«Véritable accord de paix»

«Les États-Unis favoriseront la paix et un véritable accord de paix», a-t-il promis, tout en affirmant qu'il revenait aux deux parties de négocier directement un tel accord. Le milliardaire septuagénaire est cependant rester évasif sur la façon sont il entendait procéder sur un dossier sur lequel tous ses prédécesseurs ont échoué.

Appelant les deux parties au compromis, il a en particulier exhorté les Palestiniens à se débarrasser de leur «haine» supposée à l'égard des Israéliens.

M. Netanyahu a lui posé ses conditions : jugeant que la question des colonies, centrale pour les Palestiniens, n'était «pas au coeur du conflit», il a une nouvelle fois réclamé la reconnaissance «de l'État juif» d'Israël.

Le Premier ministre israélien est sous pression de la frange la plus dure de son gouvernement favorable à l'annexion d'une partie de la Cisjordanie, occupée depuis 50 ans par Israël.

Ce changement de position américain, annoncé mardi soir par un responsable de la Maison-Blanche, a provoqué la colère des palestiniens. Y renoncer «n'a aucun sens», a réagi Hanane Achraoui, une des dirigeantes de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Dénonçant «une politique pas responsable», Mme Achraoui a accusé la nouvelle administration américaine «d'essayer de satisfaire la coalition extrémiste de (Benjamin) Netanyahu», qui dirige actuellement le gouvernement le plus à droite de l'histoire d'Israël.

Le Hamas islamiste, au pouvoir à Gaza, a de son côté dénoncé «un jeu fourbe» de Washington.

Trump temporise sur l'ambassade

Depuis Le Caire, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a défendu avec force cette option, jugeant que tout devait être fait pour «préserver cette possibilité».

Pour Sallai Meridor, ancien ambassadeur d'Israël aux États-Unis, il «difficile d'imaginer les Palestiniens, ou les pays arabes, venir à la table des négociations sans l'option d'un État palestinien sur la table».

Au côté de M. Netanyahu, qui fut l'un des plus farouches détracteurs de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 entre Téhéran et les grandes puissances, M. Trump a nouvelle fois réaffirmé tout le mal qu'il pensait de cet accord.

C'est «l'un des pires accords» qui soit, a-t-il lancé, tout en se gardant bien d'annoncer sa remise en cause comme il l'avait fait en campagne lorsqu'il avait promis de le «déchirer».

«Mon administration a déjà imposé de nouvelles sanctions à l'Iran et j'en ferai davantage pour empêcher à jamais l'Iran de développer une arme nucléaire», a promis le président américain.

Quant au sujet potentiellement explosif du transfert éventuel de l'ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem, le président des États-Unis a une nouvelle fois temporisé: «Nous y réfléchissons très très sérieusement (...) Nous verrons ce qui se passe».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos