AFP

Ces personnalités qui ont été empoisonnées

Ces personnalités qui ont été empoisonnées

Khaled Mechaal, Alexandre Litvinenko et Viktor Iouchtchenko.Photo Archives / AFP

PARIS - À l'instar du demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, d'autres personnalités ont été victimes avérées ou supposées d'empoisonnement depuis une trentaine d'années.

Kim Jong-Nam a été empoisonné avec des aiguilles par deux femmes non identifiées à l'aéroport international de Kuala Lumpur, selon la chaîne de télévision sud-coréenne Chosun.

Alexandre Litvinenko

En novembre 2006, l'ex-espion russe Alexandre Litvinenko, devenu opposant au président Vladimir Poutine, meurt à 43 ans dans un hôpital londonien, victime d'un empoisonnement au polonium, substance radioactive extrêmement toxique.

Trois semaines plus tôt, ce transfuge des services secrets avait bu le thé avec un autre ex-agent russe, Andreï Lougovoï. Sa mort a provoqué une crise diplomatique entre la Grande-Bretagne et la Russie qui a toujours refusé d'extrader le principal suspect.

Viktor Iouchtchenko

En septembre 2004, l'Ukrainien Viktor Iouchtchenko, candidat de l'opposition, héros de la Révolution orange, tombe gravement malade en pleine campagne pour la présidentielle qui l'oppose au candidat favori de Moscou, Viktor Ianoukovitch.

Des médecins autrichiens identifient trois mois plus tard un empoisonnement à la dioxine.

Viktor Iouchtchenko est cependant élu à la tête de l'Ukraine en janvier 2005. Malgré les soins, son visage grêlé et déformé porte toujours les traces de la maladie.

Munir Saïd Thalib

En septembre 2004, Munir Saïd Thalib, défenseur indonésien des droits de l'homme, meurt dans d'atroces souffrances à l'âge de 38 ans à bord d'un avion à destination d'Amsterdam après avoir bu une boisson empoisonnée lors d'une escale à Singapour. De l'arsenic a été retrouvé dans son cadavre et ses proches assurent qu'il a été assassiné.

Munir était le principal animateur de la Commission des disparus et des victimes de la violence (Kontras), une organisation dénonçant des exactions commises par les militaires indonésiens durant les 32 ans du régime du dictateur Suharto.

Khaled Mechaal

En septembre 1997, à Amman, des agents du Mossad, les services de renseignement israéliens, tentent d'assassiner Khaled Mechaal, chef du bureau politique du mouvement islamique Hamas, en lui injectant du poison dans le cou.

Tombé dans le coma, le responsable palestinien est sauvé par l'intervention du roi Hussein de Jordanie, qui exige du gouvernement israélien l'antidote en échange de la libération des deux auteurs de l'attentat.

Gueorgui Markov

En septembre 1978, l'écrivain dissident bulgare Gueorgui Markov est piqué à la cuisse, alors qu'il attend un autobus à Londres, par un inconnu qui laisse tomber son parapluie. Pris d'une forte fièvre dans les heures qui suivent, Markov décède quatre jours plus tard.

L'autopsie révèle la présence dans sa jambe d'une capsule de la taille d'une tête d'épingle, contenant un poison violent, la ricine.

Par ailleurs, le décès de Yasser Arafat en novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy près de Paris dont les causes n'ont jamais été élucidées, avait soulevé de nombreuses questions. Une information judiciaire pour assassinat avait été ouverte en France suite à une plainte déposée par sa veuve après la découverte de polonium sur ses effets personnels. Mais le 24 juin 2016, la justice française a confirmé le non-lieu prononcé par les magistrats chargés de l'enquête pour «assassinat».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos