Agence QMI

Canada: l'ambassadeur américain renvoyé par Trump

OTTAWA - L'ambassadeur des États-Unis au Canada a annoncé, sur le réseau social Twitter, qu'il quittait ses fonctions, le 20 janvier prochain, soit la date d'entrée en fonction officielle du président élu Donald Trump.

«Comme demandé, je démissionnerai de mon poste le 20 janvier. Ma conjointe et moi allons quitter le jour même ou autour de cette date», a écrit Bruce Heyman, vendredi.

Il est de coutume pour une nouvelle administration à la Maison-Blanche d'exiger le départ des diplomates en chef désigné par le précédent régime.

De fait, l'équipe de transition du président élu Donald Trump a donné l'ordre, vendredi, à tous les ambassadeurs nommés par Barack Obama de quitter leurs fonctions, le jour de l'inauguration au plus tard, selon ce qu'a rapporté le New York Times.

Bruce Heyman a été nommé par le président Obama en mars 2014. Il a précédemment été à l'emploi de la banque d'investissement Goldman Sachs, durant 33 ans, selon sa biographie publiée dans le site web de l'ambassade américaine.

Lors de la compagne présidentielle, M. Heyman avait tenu à se faire rassurant au sujet des visées protectionnistes des candidats démocrates et républicains en lice.

Il avait affirmé que selon lui, il y a peu de chance que l'un ou l'autre des candidats ordonne un durcissement de la frontière canado-américaine une fois au pouvoir. «Il y a la rhétorique de campagne électorale, et la rhétorique d'après campagne, avait-il soulevé.

Quoi qu'il en soit, la menace protectionniste au sud de la frontière semble bien réelle, comme en témoigne la volonté de plus en plus affirmée de la nouvelle administration de rouvrir l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).

«On regarde ça avec inquiétude, car beaucoup d'emplois dépendent de cet accord», a dit la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, pas plus tard que jeudi.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos