AFP
AFP

Séoul veut le boycott des restaurants nord-coréens

Séoul veut le boycott des restaurants nord-coréens

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.Photo Jung Yeon-Je / AFP

AFP

SÉOUL, Corée du Sud - La Corée du Sud a annoncé mardi de nouvelles sanctions unilatérales contre Pyongyang, et demandé à ses citoyens de boycotter les restaurants nord-coréens à l'étranger pour tarir un de ses canaux d'approvisionnement en devises étrangères.

Ces nouvelles sanctions ont été décidées en réponse à l'essai nucléaire conduit par le Nord en janvier et à son tir de fusée longue portée de février.

Compte tenu de la faiblesse des relations économiques entre les deux voisins, elles ont un potentiel de nuisance pour Pyongyang bien moins important que la nouvelle volée de sanctions votées par le Conseil de sécurité de l'ONU la semaine dernière.

Mais elles pourraient susciter l'ire de la Corée du Nord.

Séoul avait pris la décision en février de cesser les opérations sur la zone industrielle intercoréenne de Kaesong, qui était un des ultimes projets communs de coopération.

Un des objectifs de la Corée du Sud est de tarir les voies d'approvisionnement en devises étrangères du Nord, afin que ces fonds ne financent par les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

»Les établissements nord-coréens comme les restaurants à l'étranger étant un des canaux par lesquels les devises étrangères entrent en Corée du Nord, nous demandons à la population de ne plus les fréquenter», a déclaré Lee Suk-Joon, chef du Bureau pour la coordination des politiques gouvernementales.

Séoul estime que Pyongyang engrange environ 10 millions de dollars chaque année dans 130 restaurants ouverts dans 12 pays.

«La baisse de fréquentation des restaurants nord-coréens aura pour effet de bloquer une grande partie du flot de devises étrangères», a indiqué le gouvernement sud-coréen dans un communiqué.

Séoul a par ailleurs interdit aux Sud-Coréens de faire des affaires avec 40 individus et 30 organisations impliqués dans les programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord.

La Corée du Sud a également interdit ses eaux à tout navire étranger qui aurait auparavant fait escale dans un port du Nord.

Cette décision semble sonner le glas d'un important projet trilatéral qui prévoyait de transporter du charbon russe vers les ports sud-coréens via le port nord-coréen de Rajin et la ville frontalière russe de Khasan.

Séoul avait déjà adopté en 2010 une série de sanctions contre la Corée du Nord après avoir accusé le Nord du torpillage d'une corvette sud-coréenne.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos