AFP

Donald Trump remporte le caucus du Nevada

Dernière mise à jour: 24-02-2016 | 01h38

LAS VEGAS - Le milliardaire américain Donald Trump a conforté mardi son avance dans la course à l'investiture républicaine en remportant une large victoire dans le Nevada face à ses rivaux Marco Rubio et Ted Cruz, sa troisième d'affilée.

Après comptage d'environ 90 % des suffrages, les médias donnaient à l'ex-star de la téléréalité un score de 46 %. 

«C'est une nuit incroyable», a déclaré Donald Trump à ses partisans dans un discours célébrant son triomphe. «On ne s'attendait pas tellement à gagner. Nous allons gagner le pays et bientôt c'est le pays tout entier qui va gagner», s'est-il félicité de son siège de campagne à Las Vegas.

Il avait déjà remporté les scrutins pour les primaires républicaines en Caroline du Sud et dans le New Hampshire. Seul l'Iowa lui a échappé pour l'instant, le sénateur texan Ted Cruz y étant arrivé en tête.

Aux deuxième et troisième places, loin derrière Donald Trump, le sénateur de Floride (sud-est) Marco Rubio et Ted Cruz étaient crédités par les chaînes de télévision CNN et Fox News de respectivement 23,7 % et 21,5 % des suffrages.

S'exprimant de la capitale américaine des casinos, le New-Yorkais de 69 ans s'est montré confiant pour le reste des primaires et notamment pour le «super mardi», scrutin qui se déroule simultanément dans une douzaine d'États et qui aura lieu dans une semaine.

«Heureux» du vote hispanique

«Nous attendons de superbes résultats au Texas, en Géorgie, et en Arkansas», ainsi que dans l'Ohio «où nous battrons le gouverneur» John Kasich, autre candidat républicain, arrivé bon dernier mardi.

Les partisans de Donald Trump ont salué par des cris de joie et des applaudissements ces propos, scandant «Trump ! Trump ! Trump !».

Alors qu'il a recouru depuis le début de la campagne à une rhétorique souvent hostile aux immigrants et notamment aux Mexicains, il a dit être «vraiment heureux» d'avoir obtenu au Nevada «46 % (du vote) hispanique».

«Nous avons gagné chez les évangélistes. Chez les jeunes. Chez les vieux. Les diplômés de l'enseignement supérieur. Ceux qui sont peu diplômés. J'aime ceux qui sont peu diplômés», a commenté le magnat de l'immobilier.

Ted Cruz l'a félicité tout en assurant qu'il était le seul capable de le battre.

Cherchant à disqualifier Marco Rubio, comme lui d'origine cubaine, il a affirmé que «personne n'a jamais gagné l'investiture sans gagner l'une des trois premières primaires», faisant valoir que lui et Trump avaient gagné ces trois premiers scrutins.

«La seule campagne capable de battre Donald Trump, c'est celle-ci», a insisté Ted Cruz, se décrivant comme celui qui, s'il accédait à la Maison Blanche, «déchirerait en mille morceaux l'accord sur le nucléaire iranien», et «détruirait l'organisation État Islamique».

Les deux autres candidats républicains encore en lice dans les primaires du «Grand Old Party», Ben Carson et John Kasich, étaient largement distancés, avec des scores inférieurs à 10 %.

Le scrutin organisé mardi sous forme de caucus, des réunions publiques alliant débats et votes, devait permettre de désigner 30 délégués pour l'investiture républicaine. Il a duré quatre heures, dans des écoles, salles communales, lieux de culte, et s'est terminé à 21 h.

La victoire de Donald Trump était largement attendue et les experts soulignaient que l'enjeu de la soirée était de savoir qui de Ted Cruz ou Marco Rubio irait sur la deuxième marche du podium.

«Les républicains veulent que Cruz sorte de la course parce qu'ils veulent Rubio face à Trump», assure Dan Lee, professeur de sciences politiques à l'Université du Nevada, interrogé par l'AFP.

Selon lui, beaucoup de membres de l'«establishment» du «Grand Old Party» (GOP) préfèreraient voir Marco Rubio défendre leurs couleurs plutôt que Donald Trump, le franc-tireur aux déclarations polémiques.

Le Parti républicain a signalé que la participation électorale avait été nettement plus importante qu'en 2012 au Nevada, considéré comme un État-clé car susceptible de basculer aussi bien dans un camp que dans l'autre, sachant que son gouvernement est dominé par les Républicains, mais que les électeurs démocrates y sont plus nombreux que les électeurs républicains.

Les Démocrates avaient quant à eux déjà voté samedi au Nevada où Hillary Clinton a battu son rival Bernie Sanders, redonnant du souffle à sa campagne.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Donald Trump dans la course à la présidentielle 2016

Voir en plein écran
Previous Next

Vidéos

Photos