Sajjad Hussain Wani
AFP

19 morts dans des violences de castes en Inde

19 morts dans des violences de castes en Inde

Des manifestants, à Rohtak, en inde.Photo AFP

Sajjad Hussain Wani

ROHTAK, Inde - De nouvelles émeutes liées au système de castes ont frappé le nord de l'Inde dimanche, où dix-neuf personnes ont été tuées en trois jours, et la crise menace désormais l'approvisionnement en eau de New Delhi, des manifestants ayant fermé une vanne.

Des milliers de soldats ont été dépêchés dès samedi dans l'État de Haryana, avec ordre de tirer à vue, au lendemain d'impressionnantes émeutes au cours desquelles des maisons et des gares ont été incendiées, des autoroutes bloquées.

La crise, qui couvait depuis plusieurs jours, a dégénéré en violences en fin de semaine dans cet État voisin de la capitale. Douze personnes ont été tuées et 150 blessées depuis vendredi, la police ayant ouvert le feu sur les émeutiers pour faire cesser les troubles, selon un responsable régional.

Aux avant-postes du mouvement, des membres de la caste influente des Jats. Ils exigent des quotas pour des emplois dans la fonction publique ainsi que des places dans les universités pour leurs enfants.

Des pourparlers ont eu lieu a New Delhi dimanche soir entre le ministre de l'Intérieur Rajnath Singh, le parti au pouvoir (BJP) dans l'État de Haryana, théâtre de cette crise, et les dirigeants des Jats.

«Nous avons décidé que les Jats allaient obtenir des quotas via une loi lors de la prochaine assemblée», a annoncé dans la foulée Anil Jain, le chef du BJP, à la presse.

Dans un effort pour améliorer le quotidien des victimes des plus graves discriminations dans le pays, l'Inde mène une politique de discrimination positive qui prévoit des quotas pour les basses castes.

Mais cette politique déplaît aux autres communautés qui s'estiment lésées. Les Jats affirment en particulier avoir du mal à s'en sortir en dépit de la croissance économique forte que connaît le pays.

Écoles fermées à Delhi

Malgré le renforcement des mesures de sécurité, les émeutiers sont à nouveau descendus dans la rue dimanche.

Ils ont mis le feu à des commerces de Rohtak, à l'épicentre des violences. Et à Kalanaur, ville voisine, «une foule a attaqué le poste de police et y a mis le feu. Vingt magasins adjacents au poste et une école ont été également détruits», selon Hari Om, le chef de la police locale.

«Les affrontements se poursuivent et nous avons dû utiliser des armes à feu pour disperser les manifestants», a-t-il expliqué à l'AFP.

Des centaines de personnes armées de bâtons arrêtaient des voitures sur un axe principal, qui était également bloqué par des troncs d'arbres, a rapporté un photographe de l'AFP.

À Jhajjar, autre ville du secteur, «nous ne contrôlons pas la situation, qui est très tendue, avec des milliers de manifestants qui encerclent le principal quartier administratif», a déclaré à l'AFP Rajiv Kumar, chef de la police.

La crise a des répercussions à New Delhi, dont le ravitaillement en eau est perturbé. Des manifestants ont provoqué la fermeture des vannes d'un canal dans l'État d'Haryana qui alimente les centrales de traitement des eaux de la capitale indienne.

Le chef de l'exécutif de New Delhi, Arvind Kejriwal, a annoncé le rationnement de l'eau aux 17 millions d'habitants de la capitale, ajoutant que les écoles resteraient fermées lundi pour économiser les réserves.

«L'eau doit être rationnée de manière équitable entre tous. Écoles fermées demain», a-t-il annoncé sur Twitter.

Des centaines de trains ont été supprimés ou déroutés depuis vendredi. «Dix gares, grandes et petites, ont été incendiées. Les foules ont mis le feu à des locomotives et à des wagons», a déclaré à l'AFP un porte-parole ferroviaire, Neeraj Sharma.

Les Jats sont une communauté traditionnellement rurale qui représente 29 % de la population de l'État de Haryana. En mars 2014, le gouvernement avait décidé d'allouer des quotas à cette caste dans tout le pays mais cette décision avait été annulée par la Cour suprême au motif qu'elle violait la règlementation sur cette question.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos