Agence QMI

Pas de prison pour le fils de l'ex-consule générale du Canada

Dernière mise à jour: 19-02-2016 | 11h44

MIAMI - Marc Wabafiyebazu, le fils de 15 ans de l'ancienne consule générale du Canada à Miami accusé de meurtre dans cette ville, a plaidé coupable à des accusations réduites, évitant ainsi la prison, a rapporté vendredi le Miami Herald.

L'adolescent devra toutefois s'inscrire à un camp de réinsertion sociale («boot camp») dans le comté de Miami-Dade. Il sera également soumis à une assignation à domicile durant deux ans ainsi qu'à une période de probation, possiblement de huit ans.

Roxanne Dubé, la mère de Marc Wabafiyebazu, demeurera à Miami le temps que son fils complète sa probation. Elle n'est plus consule générale du Canada, mais occupe un autre poste au sein de l'administration gouvernementale.

«Aujourd'hui, je suis la mère la plus heureuse au monde parce que j'ai pu ravoir mon fils, a-t-elle dit aux journalistes. Je remercie le procureur général d'avoir reconnu que Marc avait le potentiel nécessaire pour apporter une contribution à la société.»

La juge Teresa Mary Pooler a pour sa part recommandé au jeune contrevenant de terminer ses études.

«Vous devez obtenir votre diplôme d'études secondaires tandis que vous êtes sous supervision», a-t-elle conseillé.

Transaction de drogue

Marc Wabafiyebazu a été arrêté à la suite d'une fusillade, le 30 mars dernier, lors de laquelle son frère Jean Wabafiyebazu, âgé de 17 ans, a perdu la vie. Un autre individu, Joshua Wright a aussi perdu la vie dans cette fusillade.

Selon la poursuite, les frères Wabafiyebazu avaient concocté un plan pour voler Wright, lors d'une transaction de drogue, qui a finalement mal tourné. Deux autres hommes impliqués dans cette affaire purgent actuellement une peine d'assignation à domicile et prennent part au camp de réinsertion sociale.

Les autorités ne croient pas que Marc Wabafiyebazu est directement responsable d'une mort d'homme, mais qu'il agissait comme guetteur ou conducteur du véhicule de fuite, dans le cas présent la BMW de sa mère, pendant que son frère Jean se rendait à l'intérieur de la maison pour voler deux livres (un peu moins d'un kilo) de marijuana.

Selon la loi de la Floride, quiconque participe à un crime au cours duquel une personne meurt (dans le cas présent on parle d'un vol à main armée) peut être accusé de meurtre.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos