AFP

Migrants: l'Autriche renforce ses frontières, Merkel isolée

Migrants: l'Autriche renforce ses frontières, Merkel isolée

Des migrants attendent de pouvoir traverser la frontière entre la Slovénie et l'Autriche.Photo Leonhard Foeger / Reuters

Dernière mise à jour: 16-02-2016 | 13h29

VIENNE, Autriche - L'Autriche, qui va généraliser les contrôles aux frontières, et ses voisins d'Europe de l'est n'attendent plus grand chose d'une gestion européenne des réfugiés défendue par l'Allemagne et veulent imposer leur «Plan B» avant le sommet de Bruxelles.

Les partisans de mesures radicales pour enrayer le flux migratoire tentent de prendre la main avant le sommet des dirigeants européens à Bruxelles jeudi et vendredi. Berlin pourrait se retrouver isolé, même si l'achèvement de la plupart des «hotspots» promis sur les îles grecques donne de l'air à sa politique de gestion concertée des flux migratoires.

L'Autriche a annoncé mardi l'introduction de contrôles généralisés à ses frontières avec l'Italie, la Slovénie et la Hongrie pour «freiner» les entrées de demandeurs d'asile en sécurisant douze points de passage avec ces voisins, y compris avec des clôtures si nécessaire.

Le gouvernement autrichien officialisera mercredi l'entrée en vigueur d'un quota journalier d'entrées de demandeurs d'asile sur son territoire, a ajouté la ministre la ministre de l'Intérieur Johanna Mikl-Leitner (ÖVP, conservateur).

«Nous ne préparons pas un Plan B parce que nous le souhaitons mais parce que la mise en place d'une solution européenne est trop lente», a déclaré le chancelier social-démocrate Werner Faymann au tabloïd Oesterreich mardi.

Vent debout depuis des mois contre les quotas d'accueil adoptés par la Commission européenne, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie - le groupe de Visegrad - ont également prôné lundi un «plan B» pour pallier les insuffisances imputées à la Grèce dans la gestion de sa frontière.

La Grèce affirme au contraire avoir rempli son contrat migratoire avec l'ouverture à Lesbos, Chios, Leros et Samos de quatre des cinq «hotspots» promis sur ses îles et son accord à une mission de l'OTAN destinée à tarir les départs des côtes turques.

«Coalition des volontaires»

Athènes reste néanmoins sous pression de l'UE qui lui a donné trois mois pour pallier de «sérieuses défaillances» dans sa gestion migratoire. Faute de quoi, l'UE se réserve le droit de rétablir les contrôles aux frontières intérieures pour deux ans maximum, comme l'Autriche l'a déjà anticipé.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico s'est dit lundi «pessimiste» sur les améliorations possibles dans ce pays.

L'alternative du groupe de Visegrad: une fermeture des frontières le long de la route des Balkans empruntée en 2015 par plus de 800 000 candidats à l'asile, en verrouillant notamment la frontière nord de la Grèce avec la Macédoine.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a fait de la construction de cette «ligne de défense» un leitmotiv.

Merkel de plus en plus isolée

La chancelière allemande Angela Merkel s'est opposée mardi à cette idée: «je vais lancer toutes mes forces jeudi et vendredi (au sommet de l'Union européenne) en faveur de l'agenda turco-européen car cela vaut le coup de continuer», a-t-elle martelé en référence aux mesures pour empêcher les départs depuis la Turquie.

Confrontée à l'impossibilité d'arracher un consensus européen global sur un mécanisme durable de répartition des réfugiés, Mme Merkel cherche depuis plusieurs semaines à rallier à tout le moins un groupe d'États à sa cause, que les médias ont surnommé «la coalition des volontaires».

Ces pays se retrouveront jeudi à Bruxelles avant l'ouverture du sommet.. .dans les locaux de la représentation autrichienne auprès de l'UE à Bruxelles, sous l'égide du chancelier autrichien, signe que Vienne tente de ménager ses intérêts européens comme son opinion publique.

Le gouvernement autrichien est, comme dans d'autres pays d'Europe, sous pression d'une extrême droite en tête des sondages.

En tournée la semaine dernière dans les Balkans, le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz a souhaité que la Macédoine se tienne prête à fermer sa frontière avec la Grèce.

La coalition entre sociaux-démocrates et conservateurs a décidé, en janvier, d'un quota de 37 500 demandeurs d'asile pour l'année 2016, contre 90 000 personnes accueillies en 2015.

Le ministre macédonien des Affaires étrangères Nikola Popovski a tempéré les ardeurs en expliquant, dans une interview au quotidien autrichien Der Standard, qu'une fermeture totale de la frontière «ne serait pas, actuellement, le meilleur scénario».

Anticipant de nouvelles restrictions en Autriche, la Slovénie a commencé lundi à renforcer le filtrage des migrants à sa frontière en refusant l'entrée à ceux «qui ne sont pas menacés» ou sont «en provenance d'un pays sûr».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos