AFP

Heurts entre Palestiniens et soldats israéliens; 28 blessés

Nouveaux heurts entre Palestiniens et soldats israéliens

Voir en plein écran

Dernière mise à jour: 15-02-2016 | 10h21

RAMALLAH, Territoires palestiniens - Des centaines de jeunes Palestiniens ont affronté à coup de pierres des soldats israéliens qui ont fait irruption tôt lundi dans le camp de réfugiés d'al-Amari à Ramallah, en Cisjordanie occupée, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le ministère palestinien de la Santé a fait état de 28 blessés par balles, dont un touché à la tête. Un soldat a été blessé par des jets de pierre et évacué par un de ses camarades car il semblait incapable de marcher seul, selon ces journalistes.

Une escouade de soldats israéliens est entrée tôt dans le camp situé à l'entrée de la ville où siège l'Autorité palestinienne. L'armée israélienne a évoqué «des activités opérationnelles» sans plus de précision.

Des sources au sein des services de sécurité palestiniens ont affirmé que l'armée israélienne cherchait à arrêter un responsable du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, qui a pu prendre la fuite.

Avant l'aube, des soldats israéliens sont par ailleurs entrés dans un autre camp, celui de Qalandia, situé entre Ramallah et Jérusalem, et y ont arrêté Jamal Abou Lil, membre du Conseil révolutionnaire du Fatah, l'une des plus hautes instances du mouvement, ont dit les mêmes sources.

Le Shin Beth, la sécurité intérieure israélienne, l'a accusé d'avoir «commandité avant son arrestation des attaques à l'arme à feu et d'avoir été impliqué dans le transfert de fonds (...) pour financer des actions armées».

Une fois entrés dans les ruelles d'al-Amari, les soldats ont affronté des centaines de jeunes qui leur lançaient des pierres et des bouteilles en verre. Les soldats ont répliqué par des tirs de balles et de balles caoutchoutées.

Une porte-parole de l'armée israélienne a dit à l'AFP que «des dizaines d'émeutiers ont jeté des explosifs artisanaux et des pierres sur les soldats», mais les journalistes de l'AFP n'ont vu aucun objet incendiaire lancé.

«Les soldats ont appelé les émeutiers à cesser leurs attaques et utilisé les moyens de dispersion anti-émeute. Alors que les violences ne faiblissaient pas, ils ont tiré sur les principaux instigateurs», a-t-elle ajouté.

Les heurts ont duré près de trois heures avant de cesser quand les soldats sont sortis du camp aménagé en 1949 pour accueillir les Palestiniens chassés de leurs terres par la création d'Israël, et qui compte aujourd'hui environ 15 000 habitants.

Ces nouvelles violences interviennent alors qu'attentats et heurts secouent depuis quatre mois Israël et les Territoires occupés. Depuis le 1er octobre, 172 Palestiniens ont été tués, ainsi que 26 Israéliens, un Erythréen, un Soudanais et un Américain, selon un décompte de l'AFP. La plupart des Palestiniens tués sont les auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes, commises au couteau pour une bonne part.

La police israélienne a indiqué avoir de nouveau arrêté lundi une Palestinienne de 15 ans qui avait dans son sac deux couteaux, alors qu'elle s'approchait de policiers patrouillant dans la Vieille ville de Jérusalem, la partie palestinienne de la Ville occupée et annexée par Israël.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos