Rob Kerr
AFP

Les quatre derniers retranchés de l'Oregon se sont rendus

Les quatre derniers retranchés de l'Oregon se sont rendus

Photo Archives / AFP

Rob Kerr

Dernière mise à jour: 11-02-2016 | 15h39

BURNS, Oregon - Les derniers militants retranchés dans un parc naturel de l'Oregon se sont rendus jeudi, marquant la fin de plus d'un mois d'occupation par un mouvement armé opposé au gouvernement fédéral, au cours duquel un militant a perdu la vie.

La police fédérale (FBI) a d'abord annoncé avoir «placé en détention sans incident trois des derniers occupants du parc national Malheur» dans la matinée vers 09H40, avant la reddition du dernier militant.

Jeff Banta, 46 ans, originaire du Nevada (ouest), Sandy et Sean Anderson, respectivement âgés de 48 et 47 ans et venus de l'Idaho (nord-ouest), avaient dit se rendre lors d'une conversation depuis le siège du parc et retransmise sur internet.

David Fry, 27 ans, et originaire de l'Ohio (nord) était resté derrière eux et avait menacé de retourner son arme contre lui.

«La liberté ou la mort!», avait-il notamment déclamé selon la conversation avec deux négociateurs diffusée en direct.

Vers 11H00, il s'est rendu et a été également arrêté sans heurts, d'après le FBI.

Ces occupants armés coiffés de chapeaux de cow-boys campaient dans le parc Malheur, une réserve naturelle située dans une région reculée de l'ouest américain, depuis le 2 janvier, aux côtés d'un groupe de manifestants qui contestent l'autorité du gouvernement fédéral.

Depuis mercredi, le FBI, équipé de véhicules blindés, encerclait le parc pour mettre fin à son occupation dans le but d'assurer «la sécurité de ceux qui se trouvent encore dans le parc».

Les militants étaient au début du mouvement une trentaine et leur nombre a diminué avec le temps. Ils ont commencé leur mouvement en soutien à deux éleveurs locaux, Dwight and Stephen Hammond.

Les Hammond, un père et son fils, étaient condamnés à des peines de prison pour avoir mis le feu à des terres fédérales. Ils se sont rendus début janvier dans l'établissement carcéral où ils purgent depuis leur peine, et se sont désolidarisés des occupants du parc.

Précédent de Cliven Bundy

Le mouvement était mené par Ammon Bundy et son frère Ryan, qui ont tous deux été arrêtés fin janvier lors d'une intervention policière sur une autoroute.

L'un des manifestants, LaVoy Finicum, est mort pendant l'opération, tué par la police alors que, selon elle, il refusait d'accéder à ses ordres et aurait approché ses mains d'une poche où se trouvait une arme chargée.

Le groupe de manifestants était composé essentiellement d'éleveurs et anciens militaires venus d'autres États que l'Oregon, à l'instar de Jon Ritzheimer, arrêté après son départ du parc pour l'Arizona (sud-ouest), et connu pour avoir organisé des manifestations anti-islam.

Ces militants réclamaient de rendre les terres fédérales «au peuple» et dénonçaient des conditions de plus en plus dures imposées aux éleveurs par le gouvernement fédéral.

Seize personnes, dont Fry, Banta, les Anderson, les Ammon et Ritzheimer, ont été formellement inculpées de conspiration pour empêcher des employés fédéraux de faire leur travail par des menaces et des intimidations.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Cliven Bundy, le père d'Ammon et Ryan, originaire du Nevada, a lui aussi été arrêté à son arrivée à Portland alors qu'il se dirigeait vers Burns, la bourgade la plus proche du parc Malheur.

Connu pour ses positions racistes, il avait lui-même affronté les autorités en 2014. Selon sa page Facebook, il aurait été arrêté sur des charges liées à cet épisode.

L'occupation a entraîné la fermeture du parc au public et a fortement perturbé la vie des environs de Burns, selon les autorités et la gouverneur de l'Oregon Kate Brown, qui a fait pression sur les autorités pour mettre fin au siège.

Les occupants sont aussi accusés d'avoir détruit des clôture, tenté de créer une route alternative autour du parc, d'avoir fouillé dans des documents fédéraux du siège du parc.

Les tribus amérindiennes locales se sont quant à elles inquiétées de possibles dégâts infligés à des objets conservés dans le refuge.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos