AFP
AFP

France: six adolescents tués dans un accident

France: six adolescents tués dans un accident

Voir en plein écran

AFP

Dernière mise à jour: 11-02-2016 | 12h33

ROCHEFORT - Six adolescents ont été tués jeudi matin à Rochefort (sud-ouest de la France) dans l'accident de leur minibus scolaire, éventré par un élément métallique dépassant d'un poids lourd de chantier qui le croisait, selon les autorités.

Le drame a été provoqué par la ridelle du camion-benne, une paroi métallique maintenant son chargement, qui «s'est ouverte et a cisaillé le côté latéral du car qui venait dans l'autre sens», a expliqué la procureur de La Rochelle, Isabelle Pagenelle.

L'accident est survenu à 07h15 dans une rue longeant les quais du port de commerce de Rochefort, une commune de 25 000 habitants.

Sur les 15 collégiens et lycéens qui se trouvaient à bord de l'autocar, six sont décédés et deux autres, blessés, ont été hospitalisés. L'un des deux blessés souffre de fractures multiples.

«Ça s'est fait en une fraction de seconde, j'ai pas eu le temps de me rendre compte! Les secours sont arrivés très, très vite. Moi je suis redescendu du car aussitôt», a raconté à l'AFP Maxime, 24 ans, qui venait de monter dans l'autocar.

Le côté gauche du véhicule a été déchiqueté sur toute sa longueur, juste sous le niveau des vitres, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'impact le plus important se trouvait à l'arrière gauche.

«C'est un drame épouvantable, tout s'est passé très rapidement et le chauffeur n'a rien pu faire», a déclaré la ministre de l'Écologie et des Transports, Ségolène Royal, venue sur place en compagnie de la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem.

«Un terrible concours de circonstances»

«Toute la lumière devra être faite sur les circonstances», a réagi le président François Hollande, faisant part de «sa vive émotion» dans un communiqué.

Le maire de Rochefort, Hervé Blanché, a évoqué «un terrible concours de circonstances puisque le car a pris un chemin qu'il ne prenait pas habituellement», en raison de la levée d'un pont pour laisser passer un bateau quittant le port.

Des cris déchirants ont retenti en fin de matinée au centre de secours de Rochefort, où les familles des élèves présents dans l'autocar se sont rassemblées. «J'ai mon fils dedans... Il est décédé», lâche à l'AFP un homme d'une quarantaine d'années, avant d'éclater en sanglots.

Les larmes aux yeux, comme de nombreux élus et responsables locaux, le maire tenait dans ses bras une grand-mère effondrée et en pleurs, hurlant: «Elle n'avait que lui, elle n'avait que lui!».

Les deux chauffeurs impliqués ont été placés en garde à vue, «sous le choc», a indiqué la procureur Pagenelle. «Les tests d'alcoolémie et toxicologiques pratiqués sur les deux chauffeurs sont négatifs», a précisé à l'AFP un responsable policier, Jérôme Servolle.

Mercredi matin, deux adolescents de 12 et 15 ans avaient été tués dans l'est de la France dans un autre accident de car scolaire, vraisemblablement lié à une vitesse excessive sur une route enneigée.

Son conducteur âgé de 25 ans, a été inculpé jeudi pour homicide involontaire par imprudence, selon une source proche du dossier.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos