Agence QMI

Un humanitaire canadien accusé d'espionnage par la Chine

Un humanitaire canadien accusé d'espionnage par la Chine

La ville de Dandong en Chine est reliée à la Corée du Nord par le Pont de l'amitié.Photo Archives / Reuters

Un travailleur humanitaire canadien a été formellement accusé par la Chine d'espionnage et d'avoir volé des secrets d'État.

Kevin Garratt, un militant chrétien qui a favorisé l'envoi d'aide humanitaire en Corée du Nord, a été mis en accusation par les procureurs dans la ville de Dandong, qui est la principale ville à la frontière de la Chine et de la Corée du Nord, située au nord-est de la province Liaoning, a rapporté jeudi l'agence Xinhua.

Selon l'agence chinoise, les autorités ont découvert des preuves démontrant que M. Garratt a accepté de recueillir des renseignements en Chine pour le compte d'une agence d'espionnage canadienne.

M. Garrat et sa femme, Julia Dawn Garratt, sont originaires de Vancouver et ils vivaient depuis 30 ans en Chine avant de faire l'objet d'une enquête par les autorités chinoises au mois d'août 2014. Sa femme a été libérée sous caution en février 2015 après six mois de détention, avec interdiction de quitter la Chine pendant un an.

Selon le South China Morning Post, M. Garrat est le plus récent citoyen étranger travaillant pour une organisation non gouvernementale à faire face à des accusations par Pékin.

Le Suédois Peter Dahlin, 35 ans, avait été détenu pendant trois semaines en Chine et déporté, après avoir fait une confession devant la télévision d'État. Il avait fondé une organisation qui fournissait de l'aide juridique.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos