Pierre-Paul Biron
Agence QMI

Burkina: une famille de Québec tuée dans les attentats

Pierre-Paul Biron

LAC-BEAUPORT - Triste réveil en ce dimanche matin pour la petite communauté de Lac-Beauport au lendemain de l'annonce qu'une famille de l'endroit a été victime des attentats de Ouagadougou, au Burkina Faso.

La mairesse de l'endroit, Louise Brunet, a déjà indiqué que les drapeaux de la municipalité ont été mis en berne pour rendre hommage à la famille Carrier. «Je suis encore sous le choc. On pense toujours que c'est loin, à l'étranger, mais c'est encore plus triste quand on réalise que c'est gens-là y allaient pour une cause humanitaire», a confié Mme Brunet, visiblement ébranlée.

Une des conseillères municipales de Lac-Beauport connaissait bien la famille et est venue se recueillir devant la demeure des Carrier. Sylvie Chartier tenait à souligner l'humanisme de la famille. «C'est des gens que j'admirais pour leur engagement humanitaire. Ce sont des personnes généreuses qui voulaient tout simplement faire une différence autour d'eux.»

Plusieurs personnes ont défilé dimanche matin devant la résidence de la famille située tout juste aux abords du lac Beauport. Plusieurs amis, en pleurs, sont venus laisser un petit mot et des fleurs devant la porte de la maison et certains y sont venus chercher du réconfort.

Les voisines immédiates d'Yves Carrier et Gladys Chamberland sont arrivées au même moment, éclatant en sanglots avant de s'étreindre pendant de longues minutes.

«Je connais bien Yves et c'est un homme qui était tellement bon, a lancé Louise Deschênes en tentant de contenir ses larmes. Il nous saluait toujours en me disant "ma belle Louise"!»

Cette dernière admet que la nouvelle change sa vision du terrorisme. «Les attentats, ça ne m'a jamais autant touché. On voyait ça à la télévision et on disait que c'était grave, mais là ils ont touché des gens d'ici qui allaient là-bas seulement pour aider le monde. C'est terrible», a expliqué Mme Deschênes.

Yves Carrier et Gladys Chamberland ont perdu la vie dans l'attentat terroriste qui a fait au moins 29 morts et une trentaine de blessés dans la nuit de vendredi à samedi devant un hôtel et un café de Ouagadougou, au Burkina Faso.

Leur fils, Charlelie Carrier, la fille d'Yves, Maude Carrier ainsi que Louis Chabot et Suzanne Bernier, des proches de la famille, ont également été tués dans cette attaque.

Depuis le mois de décembre, le groupe se trouvait dans un village au nord de Ouagadougou pour faire de l'aide humanitaire dans des écoles avec le Centre Amitié de solidarité internationale de la région des Appalaches (CASIRA). Ils étaient arrivés il y a près d'un mois et s'apprêtaient à reprendre l'avion vers le Québec lorsque les événements ont eu lieu.

Téléréalité

La famille de Lac-Beauport, près de Québec, avait charmé beaucoup de téléspectateurs en 2011 lorsqu'elle avait participé à l'émission de téléréalité «Mon plan Rona», durant laquelle trois familles devaient rénover leur propre résidence.

Habiles de leurs mains et fonceurs, les Carrier étaient arrivés à Ouagadougou la veille de Noël et avaient pour projet de construire une école dans le village de Kangoussi, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale.

Yves Carrier en était à son quatrième voyage au Burkina Faso. Avec l'aide de sa femme et ses enfants, il faisait des activités de financement ici pour aller redonner directement dans ce pays d'Afrique.

Yves Carrier, un directeur d'école à la retraite, était accompagnateur de voyage pour l'agence Incursion-Voyages depuis 2005. Sa conjointe, Gladys, travaillait au ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Cette dernière avait récemment publié sur son mur Facebook une vidéo faisant état des faibles chances d'être victime d'un attentat terroriste en voyage. Le couple était grand amateur de voyages.

Maude Carrier était mère de jeunes enfants de trois et cinq ans. Son conjoint était resté à Québec avec ceux-ci. Le demi-frère de Maude, Charlelie, âgé de 19 ans, était toujours aux études en plus d'être moniteur de camp de jour.

Trudeau et Couillard condamnent l'attaque

Alors qu'il était en visite à la mosquée de Peterborough en Ontario, dimanche, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a demandé une minute de silence, pour honorer la mémoire des six victimes.

«Nous condamnons tous sans réserve ces attaques au Burkina Faso qui ont enlevé la vie à six de nos concitoyens, a dit M. Trudeau. En solidarité avec leurs familles qui souffrent aujourd'hui de pertes dévastatrices, j'aimerais qu'on prenne ensemble un moment de silence et de réflexion.»

Samedi soir, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a qualifié l'attentat d'odieux. «Rien ne peut expliquer des actes d'une telle lâcheté et gratuité. Au nom du peuple québécois, j'offre mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux personnes blessées», a dit M. Couillard par voie de communiqué.

Avec la collaboration de Sarah Boucher

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Burkina: une famille de Québec tuée dans les attentats

Voir en plein écran

Vidéos

Photos