L'armée autorise officiellement les femmes à prendre part aux combats

États-Unis

Depuis une règle instituée en 1994, les femmes, au nombre de 204 714 dans l'armée (hors réserve et garde nationale), soit 14,5% des effectifs, n'étaient pas censées servir au combat. Photo: Archives AFP

WASHINGTON - L'armée américaine a officiellement levé jeudi l'interdiction faite aux femmes de prendre part aux combats, a indiqué le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, qui doit bientôt quitter son poste.

«Les femmes ont montré un grand courage et un grand sacrifice sur ou hors des champs de bataille. Elles ont contribué de manière sans précédente à la mission de l'armée et ont prouvé leur capacité à servir dans un nombre de plus en plus grand de missions», a souligné le ministre dans un communiqué.

«L'objectif du département (à la Défense), en abrogeant cette règle, est de s'assurer que les missions soient accomplies par les personnes les mieux qualifiées et les plus capables, indépendamment de leur sexe», a ajouté M. Panetta.

La décision du ministre a été prise sur recommandation des chefs des différents corps de l'armée, qui «ont conclu à l'unanimité qu'il était temps désormais d'avancer avec l'objectif d'intégrer les femmes dans le plus grand nombre possible de secteurs professionnels», a-t-il rapporté.

M. Panetta s'exprimera également jeudi lors d'une conférence de presse avec le plus haut gradé américain, le général Martin Dempsey, chef d'état-major interarmées.

Les chefs d'état-major auront jusqu'à janvier 2016 pour soulever des exceptions à la nouvelle règle.

Un haut responsable de la Défense, sous couvert d'anonymat, a précisé à l'AFP que cette question n'avait pas provoqué de débat au sein de l'état-major et que les chefs militaires étaient davantage concentrés sur sa mise en oeuvre pour que les règles au combat, y compris en matière de condition physique, soient respectées.

Cette décision de l'armée américaine entérine un état de fait en Irak et en Afghanistan où il n'y a pas de lignes de front claires et où les femmes ont déjà versé le prix du sang.

Depuis une règle instituée en 1994, les femmes, au nombre de 204 714 dans l'armée (hors réserve et garde nationale), soit 14,5% des effectifs, n'étaient pas censées servir au combat.

Fin novembre, un groupe de femmes militaires américaines avait déposé plainte contre l'État fédéral, reprochant aux autorités de leur interdire de participer à des opérations de combat, un règlement "daté" qu'elles jugent discriminatoire.


Vidéos

Photos