Luka Rocco Magnotta, l'affaire criminelle de l'année


Ted Rath

Dernière mise à jour: 21-12-2012 | 23h33

TORONTO - Rarement un présumé meurtrier n'a autant captivé l'intérêt du public que Luka Rocco Magnotta.

Les crimes dont il est accusé - meurtre, démembrement d'un cadavre et cannibalisme dans un appartement de Montréal -, tous captés sur vidéo, sont des scènes d'atrocités sortant directement d'un film d'horreur. Elles ont dirigé l'attention internationale vers notre pays d'une manière dont nous sommes peu habitués.

Aussi sur Canoe.ca

C'est donc pourquoi le dossier Magnotta a été choisi «Affaire criminelle de l'année au Canada» par les chefs de rédaction de l'Agence QMI.

«La soif du public pour les histoires bizarres et déchirantes a été rassasiée sur une base quotidienne», a indiqué Rod Hilts, le rédacteur en chef du journal «Sarnia Observer», en Ontario.

Le chroniqueur Joe Warmington du «Toronto Sun» n'est pas facilement déstabilisé par les événements. Mais lorsque l'information voulant que Magnotta soit le suspect principal dans le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois, le printemps dernier, il a eu des frissons dans le dos.

M. Warmington avait rencontré Magnotta, il y a de cela plusieurs années, lorsque celui-ci s'était présenté aux bureaux du «Toronto Sun» pour nier les informations voulant qu'il était l'amant de Karla Homolka.

C'était une rencontre qui lui avait foutu la trouille, a avoué le chroniqueur du Sun.

Au cours de l'été, les Canadiens ont aussi pu en apprendre davantage sur Magnotta.

Avec son côté narcissique, ses prétentions de vedette de films pornographiques et des vidéos dans lesquelles il aurait torturé à mort des animaux, le présumé tueur a attiré l'attention du public qui voulait en savoir plus pour comprendre pourquoi un garçon malheureux et victime d'abus de la région de Toronto est aujourd'hui en attente de procès dans un des crimes les plus sordides de l'histoire canadienne.


Vidéos

Photos