La police confirme l'identité du tireur

Dernière mise à jour: 16-12-2012 | 13h56

NEWTOWN, Connecticut - La police de l'État du Connecticut a confirmé dimanche après-midi que l'auteur de la tuerie de vendredi à l'école Sandy Hook de Newtown était bel et bien Adam Lanza, 20 ans, et qu'il s'était suicidé avec son pistolet après avoir tué sa mère chez elle, puis 20 enfants et six adultes dans l'établissement scolaire.

La police a aussi confirmé que toutes les victimes de l'école étaient mortes sous les balles d'un fusil d'assaut Bushmaster AR15, une des quatre armes qu'avait amenées le tueur avec lui. La mère du tueur, Nancy Lanza, 52 ans, a aussi été abattue avec le Bushmaster, dans sa résidence, avant le massacre à l'école, a confirmé la police, ajoutant qu'elle avait reçu plusieurs projectiles. Son fils Adam habitait avec elle. Les enquêteurs examinent les quatre armes retrouvées dans l'école le jour du massacre et comptent déterminer d'où elles proviennent et si elles ont déjà été utilisées.

Des centaines de balles ont été tirées dans l'école, a précisé le lieutenant Paul Vance de la police de l'État du Connecticut en point de presse, dimanche.

Le lieutenant Vance a, par ailleurs, précisé que le travail d'investigation à l'extérieur de l'école est presque terminé, mais que ce n'est pas le cas pour l'intérieur de l'édifice. Des propriétaires de véhicules stationnés aux abords de l'école ont pu ravoir leur auto.
Aussi sur Canoe.ca

Outre la confirmation de l'identité du tueur et de sa mère, la police n'avait pas vraiment d'autres détails à donner sur l'enquête en cours, dimanche, et a répété que certaines informations ne seraient pas dévoilées dans l'immédiat.

«Nous n'allons pas révéler le fil des événements tant que l'enquête sera en cours, a affirmé Paul Vance. Notre but est de répondre à toutes les questions.»

M. Vance a ajouté qu'il faudra attendre la fin de l'enquête avant d'obtenir les réponses.
«Nous sommes heureux par les progrès que nous avons faits», a-t-il souligné.

D'autres informations ont toutefois pu être obtenues d'une autre source, soit le gouverneur de l'État du Connecticut, Dan Malloy.

M. Malloy a indiqué à un média américain qu'Adam Lanza a utilisé un fusil d'assaut pour forcer son entrée dans l'école.

«Il est entré dans le bâtiment en tirant des coups de feu sur une porte», a précisé le gouverneur du Connecticut à CNN.

M. Malloy a également raconté qu'il avait dû apprendre à des familles qu'elles avaient perdu un des leurs.

«C'est une chose très difficile à faire. [...] Les parents étaient réunis depuis plusieurs heures et avaient encore de l'espoir. Vous ne pouvez jamais être préparé adéquatement à annoncer à des gens qu'ils ne reverront plus jamais leurs êtres chers», a-t-il poursuivi.

Le gouverneur a indiqué à un autre média qu'on lui avait dit qu'Adam Lanza avait déjà fréquenté l'école Sandy Hook par le passé.

Fausses informations

Plus tôt dans la journée, la police de l'État du Connecticut - disant que la police fédérale travaillait aussi sur la question - avait indiqué que les internautes qui diffusent de fausses informations concernant la tuerie seront poursuivis.

La police a dit que des citations attribuées au tueur et d'autres fausses informations circulent sur internet, ce qui crée de la confusion.

«Nous menons une enquête et nous allons poursuivre les contrevenants», a prévenu Paul Vance de la police de l'État du Connecticut.

Il a mentionné qu'il était illégal de se faire passer pour quelqu'un d'autre sur internet.
La police s'inquiète en outre du harcèlement qui a cours sur internet.

«Quiconque harcèle ou menace les victimes, les familles des victimes ou des témoins de ces crimes horribles, ou, qui, de toute autre façon, interfèrent avec les enquêtes fédérale ou de la police de l'État sera poursuivi dans la pleine mesure prévue par la loi, peut-on lire sur le site de la police de l'État du Connecticut. Le harcèlement n'inclut pas seulement les contacts en personne, mais aussi les contacts via l'internet, les médias sociaux et le téléphone.»

Église évacuée

La tension demeurait vive dimanche dans cette petite municipalité, puisqu'une église a dû être évacuée en raison de menaces. Les gens présents à l'église catholique St. Rose of Lima durant la messe du midi sont sortis d'urgence sous forte escorte policière. La police a par la suite confirmé qu'il s'agissait d'une fausse alerte.

«Nous prenons tout au sérieux», a dit le lieutenant Paul Vance de la police de l'État en point de presse, en parlant de ces menaces.

Toutefois, les forces policières sont restées des heures sur place, afin de sécuriser les lieux.
L'église St. Rose of Lima a annoncé qu'elle resterait fermée pour le reste de la journée dimanche.

Huit petites victimes de la tuerie étaient membres de cette paroisse. Leurs funérailles devraient être célébrées dans cette église la semaine prochaine.


Vidéos

Photos