Deux roquettes tombent près de Tel-Aviv

Offensive

Depuis mercredi après-midi, l'armée de l'air israélienne a effectué «quelque 150 frappes» sur l'enclave palestinienne, selon une porte-parole qui a précisé qu'«au moins 250 roquettes» avaient été tirées, dont 48 interceptées par le système anti-missile «Iron Dome». Photo Jack Guez / AFP

Dernière mise à jour: 15-11-2012 | 14h34

TEL AVIV - Deux roquettes tirées de Gaza sont tombées jeudi pour la première fois dans la région de Tel-Aviv, en pleine flambée de violences entre Israël et les groupes armés palestiniens qui ont encore fait dix morts.

Cette escalade intervient au deuxième jour de l'opération israélienne «Pilier de Défense» contre les groupes armés de Gaza, déclenchée mercredi avec l'assassinat du chef des opérations militaires du mouvement islamiste Hamas, Ahmad Jaabari.

Au total, les frappes israéliennes ont fait 15 morts palestiniens, dont deux mineurs et une femme, et au moins 150 blessés, tandis qu'un tir de roquette a tué trois Israéliens.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré jeudi que l'État hébreu allait «continuer à prendre toute action nécessaire pour défendre sa population» des roquettes de Gaza.

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a rejeté «toute discussion sur une trêve avec Israël en ce moment». «Parler de trêve est une nouvelle tentative de duperie de l'occupant», a dit Sami Abou Zouhri, un porte-parole du mouvement au pouvoir à Gaza.

Selon le quotidien israélien Haaretz, la frappe ciblée contre de Jaabari a été préparée «par une opération de désinformation», dont le but était de donner au Hamas et autres groupes armés «un faux sentiment de sécurité».

Les groupes armées palestiniens ont riposté à l'offensive en tirant des dizaines de roquettes sur le sud d'Israël, ainsi que deux projectiles dans la région de Tel Aviv.

En début de soirée, une roquette est tombée au large de Jaffa, dans l'agglomération de Tel-Aviv, un tir revendiqué par le Jihad islamique.

Un peu plus tôt, une roquette s'était écrasée à 15 km au sud-est de Tel-Aviv, sans faire de blessé ni de dégât majeur, selon l'armée israélienne. C'est la première fois qu'une roquette de Gaza tombe si loin en territoire israélien.

Selon les experts, le projectile pourrait être une roquette Fajr 5, de fabrication iranienne, qui a une portée maximale de 75 km.

150 frappes israéliennes

Sept Palestiniens sont morts jeudi: cinq membres de la branche armée du Hamas, les Brigades al-Qassam, un homme de 60 ans et un enfant ayant succombé à ses blessures.

En Israël, trois personnes ont été tuées jeudi matin par une roquette qui a touché un immeuble d'habitation à Kiryat Malachi, à 30 kilomètres de la bande de Gaza, selon la police.

Depuis mercredi après-midi, l'armée israélienne a annoncé avoir mené «quelque 150 frappes» sur Gaza alors qu'«au moins 250 roquettes» ont été tirées sur Israël, dont 48 interceptées par le système anti-missile «Iron Dome».

«L'option d'une opération terrestre (à Gaza) reste ouverte», a assuré à l'AFP le ministre israélien de l'Intérieur Elie Yishaï.

Le dernier cycle de violences entre la bande de Gaza et Israël le week-end dernier avait fait sept morts palestiniens --quatre civils et trois combattants-- et 43 blessés, parmi lesquels huit Israéliens, dont quatre soldats, avant qu'une trêve soit conclue.

Jaabari est le plus important chef militaire palestinien à avoir été tué par une frappe israélienne depuis la fin de la dévastatrice offensive «Plomb durci» (décembre 2008-janvier 2009). Ses funérailles de Jaabari se sont déroulées jeudi matin en présence de milliers de personnes.

«À bout de nerfs»

À Gaza, la tension était perceptible et un calme inhabituel régnait, interrompu seulement par les roquettes, les explosions et les sirènes des ambulances, selon des journalistes de l'AFP. La plupart des habitants étaient terrés chez eux.

L'opération israélienne a été condamnée par la Russie, l'Iran et l'Égypte, dont le Premier ministre Hicham Qandil se rendra vendredi à Gaza.

Washington et Londres ont eux clairement soutenu le droit d'Israël à se défendre contre le Hamas qu'ils estiment responsables de l'escalade.

Dans le sud d'Israël, les cours ont été suspendus dans les écoles des agglomérations situées à moins de 40 km de la bande de Gaza.

«Nous sommes à bout de nerfs depuis des années à cause de ces tirs de roquettes, il est temps de ramener le calme», affirmait Israël Bitane, 49 ans, originaire de Netivot, petite ville proche de Gaza.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a indiqué avoir visé dans la nuit de mercredi à jeudi des dépôts de munition avec «une centaine de roquettes à moyenne et longue portée, et des infrastructures», endommageant ainsi «de façon significative les capacités du Hamas à tirer des roquettes».

Les Brigades al-Qassam ont revendiqué le tir d'au moins 100 roquettes contre Israël.


Vidéos

Photos