Petraeus «a eu raison» de démissionner

Dernière mise à jour: 12-11-2012 | 19h19

David Petraeus a eu raison de démissionner de son poste de directeur de la CIA en raison d'une liaison extraconjugale car cette fonction requiert une «intégrité personnelle», a estimé lundi le secrétaire à la Défense, Leon Panetta.

Ce dernier, qui avait auparavant dirigé l'agence de renseignement américaine durant deux ans avant de devenir secrétaire à la Défense, a ajouté que la démission de M. Petraeus était «une manière très triste d'achever une carrière militaire si brillante».

«Je le soutiens de tout coeur, ainsi que sa famille, mais je pense qu'il a pris la bonne décision», a encore dit M. Panetta à des journalistes à bord d'un avion militaire américain en route vers l'Australie.

«Je pense qu'il est très important quand vous êtes directeur de la CIA, avec tous les défis que vous devez relever, que vous ayiez avant toute chose une intégrité personnelle», a repris Leon Panetta.

Interrogé sur les plaintes de certains membres du Congrès selon qui la Maison Blanche ne les auraient pas avertis que le FBI menait une enquête sur des échanges de courriels entre le général Petraeus et sa maîtresse, M. Panetta a noté que c'était un problème à examiner attentivement.

«Je pense que c'est un autre sujet qu'on va devoir examiner», a-t-il dit. «En tant qu'ancien directeur de la CIA et ayant travaillé étroitement avec les comités de renseignement, j'estime qu'il est important que ces comités soient informés quand il s'agit de sujets susceptibles de mettre en péril leurs opérations», a ajouté M. Panetta.

Ce dernier a aussi affirmé qu'il était crucial que ce scandale ne perturbe pas la bonne marche de la CIA: «Elle a une mission très importante et doit se concentrer sur des opérations de renseignement. Il est important d'avoir quelqu'un de fort, capable et dévoué pour poursuivre cette mission», a-t-il conclu.

L'aveu de l'infidélité conjugale du directeur de la CIA ternit la gloire du plus populaire des généraux américains, en poste depuis à peine plus d'un an, et enterre les spéculations sur l'avenir politique d'un homme que beaucoup voyaient concourir un jour pour la Maison Blanche, sous les couleurs républicaines.


Vidéos

Photos