Mathieu Turbide
Journal de Montréal

Scott Walker utilise la méthode forte

Wisconsin - Scott Walker utilise la méthode forte

Scott Walker est intraitable. Le jeune gouverneur de l'État du Wisconsin, nouvellement élu, a une obsession pour les budgets équilibrés©REUTERS

Mathieu Turbide

Scott Walker est intraitable. Le jeune gouverneur de l'État du Wisconsin, nouvellement élu, a une obsession pour les budgets équilibrés et il a la ferme intention d'éliminer le déficit. Même s'il faut pour cela passer sur le dos des syndicats de la fonction publique.

Aussi sur Canoe.ca

Quelques semaines seulement après être entré au pouvoir, Walker a présenté son «remède de cheval» pour éliminer le déficit prévu de 3,6 milliards $: le Budget-Repair bill, un projet de loi qui prévoit notamment de retirer aux syndicats de fonctionnaires la possibilité de négocier collectivement leurs conditions de travail et surtout leurs -généreux - avantages sociaux. Aux yeux du gouverneur républicain, les fonds de pension et les régimes d'assurance des fonctionnaires sont "comme un virus qui dévore notre budget« Son » bill " prévoit aussi que les employés de l'État auront le choix de payer ou non les cotisations syndicales, ce qui signifie la

fin de ce qu'on appelle ici la «formule Rand».

Une véritable crise

Depuis, c'est la crise. Sur place depuis trois jours, Le Journal a pu constater que

le parlement de la capitale Madison est assiégé depuis 10 jours -à l'intérieur comme à l'extérieur -par des manifestants syndicaux qui scandent sans arrêt «Kill the bill !». Pour empêcher un vote sur le projet

de loi, les 14 sénateurs démocrates, favorables aux syndicats, ont fui le Wisconsin pour se réfugier dans l'État voisin de l'Illinois. La majorité républicaine n'a donc pas de quorum pour adopter cette loi qui affecte le budget.

L'assemblée des représentants, une instance inférieure du parlement, a siégé pendant plus de 60 heures cette semaine pour discuter du projet. Puis, coup de théâtre, les Républicains sont passés au vote et le projet de loi a été adopté en pleine nuit, à 1h du matin hier, sous les cris de rage et de désespoir des représentants du Parti démocrate, qui scandaient «Shame ! Shame !»

Il refuse de bouger

Scott Walker reste de glace. Il n'a pas l'intention de changer une virgule dans son bill.

«Ce projet de loi va passer [...] Sinon, il y aura de graves conséquences», a-t-il prévenu, menaçant de devoir renvoyer environ 1 500 fonctionnaires, parce que, sans budget, l'État manquera de liquidités pour les payer.

Les syndicats ont accepté de faire des compromis et acceptent maintenant de payer davantage pour leurs avantages sociaux. Mais ils veulent conserver leur droit de négocier collectivement.

«Walker doit au moins faire des compromis. Il ne peut pas agir en dictateur. Le gouvernement est pour le peuple, par le peuple», explique Mary Pronschinske, une employée syndiquée qui travaille pour le bureau d'assurance-chômage.

Rôles inversés

Selon John McAdams, professeur de sciences politiques à l'Université Marquette de Milwaukee, Walker n'est pas du genre à faire des compromis. Il le compare même à... Barack Obama.

«Après l'élection 2008, Barack Obama a dit fermement aux Républicains qui lui demandaient des compromis : »Les élections ont des conséquences«. Maintenant, ce sont les Démocrates qui demandent des compromis et c'est Walker qui leur répond que les élections ont des conséquences. Les rôles se sont inversés», dit-il.

mathieu.turbide@journalmtl.com

* * *

Qui est Scott Walker ?

* 43 ans

* Fils d'un pasteur baptiste.

* S'est initié à la politique très jeune dans des clubs de son école.

* Il a tenté de se faire élire président du gouvernement étudiant à l'université en promettant d'équilibrer le budget.

* Il n'a pas complété sa formation universitaire.

* A été vendeur chez IBM pendant deux ans et responsable du marketing à la Croix-Rouge.

* Élu représentant à l'assemblée du Wisconsin en 1993, à l'âge de 26 ans.

* Élu dirigeant du comté de Milwaukee en 2002, à l'âge de 35 ans.

* Gouverneur du Wisconsin depuis le 3 janvier 2011.

* Ronald Reagan est son modèle en politique.

* Il s'est surtout fait connaître depuis 2002 comme dirigeant du comté de Milwaukee. Il a eu plusieurs confrontations avec les syndicats.

* Il supporte le mouvement du Tea Party, une frange plus radicale de la droite américaine.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos