Des bibliothèques garnies

Sébastien Ménard
Le Journal de Montréal

HELSINKI, FINLANDE - En confiant la responsabilité des écoles aux villes, la Finlande a réglé le problème du sous-financement des bibliothèques scolaires.

Contrairement à ce qu'on entend souvent au Québec, les Finlandais, eux, n'ont que de bons mots pour les bibliothèques utilisées par leurs écoliers.

Au lieu d'avoir deux réseaux parallèles qui se disputent les subventions du même palier de gouvernement, la Finlande a décidé de mettre le paquet sur ses bibliothèques publiques. Et puisque celles-ci sont sous la juridiction des villes -- qui gèrent déjà les écoles -, ces collections sont également utilisées par les élèves.

320 M$ de livres neufs

Pour s'assurer de maintenir ce réseau en bon état, le gouvernement finlandais consacre 320 M$ par année à l'achat de livres neufs. Cela permet d'exploiter des bibliothèques publiques dans absolument toutes les villes du pays, même dans les coins les plus reculés de la Laponie.

Les bibliothèques sont suffisamment nombreuses, en Finlande, pour qu'à peu près toutes les écoles soient associées à l'une d'elles.

Dans le secteur de Kallio, à Helsinki, la bibliothécaire Maija Korhonen estime que 25 % des livres qu'elle prête chaque année sont destinés à des écoliers du quartier.

Lorsque le Journal l'a rencontrée, elle animait d'ailleurs une rencontre pour des élèves dyslexiques de l'école Ebeneber, située à deux coins de rue. «Si les jeunes ont une recherche à faire, c'est sûr qu'ils vont venir ici», indique Mme Korhonen.

«Chaque école possède sa propre petite collection, mais la grande majorité des ressources sont investies ici», dit-elle.

Il suffit de jeter un coup d'oeil autour de soi pour constater à quel point la bibliothèque Kallio est en bonne santé.

En plus de livres flambant neufs, l'endroit est rempli d'une quantité impressionnante de CD, de DVD et de CD-ROM. «Uniquement dans nos ouvrages jeu- nesse, on a les moyens de remplacer 10 % des livres chaque année», explique la bibliothécaire.

Bibliothèques roulantes

Dans les rares écoles qui ne sont pas situées à proximité d'une bibliothèque publique, les autorités s'assurent de maintenir une collection de livres bien garnie.

Au lycée franco-finlandais d'Helsinki, par exemple, les étudiants ont accès à une collection dernier cri, en plus de bénéficier des services d'un bibliothécaire à temps plein. «On reçoit aussi la visite de bibliothèques roulantes, aménagées à bord d'autobus», dit Rosanne Lamarre, enseignante originaire du Québec.

La bonne santé des bibliothèques finlandaises stimule un engouement pour la lecture d'une ampleur difficile à saisir. L'an dernier, les bibliothèques de Helsinki ont prêté 16 millions de documents, pour une population d'environ un demi-million d'habitants. C'est trois millions de livres de plus qu'à New York ou Los Angeles.

smenard@journalmtl.com


Vidéos

Photos