Geneviève Paradis
Agence QMI

Son chien retrouvé à 4000 km de la maison

Disparu depuis un an - Son chien retrouvé à 4000 km de la maison


Geneviève Paradis

MONTRÉAL — Une femme de Montréal, dont le chien était disparu depuis un an, a eu la surprise de sa vie lorsqu'elle a reçu un appel de Colombie-Britannique lui annonçant que son animal de compagnie a été retrouvé à plus de 4000 km de la maison.

Isabelle Robitaille, qui habite le secteur de Pointe-aux-Trembles, a reçu l'appel de la SPCA de Kamloops le 1er juillet dernier, soit presque un an jour pour jour après la disparition de Pollux, le 20 juin 2010.

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a pu retrouver les maîtres de celle qu'ils ont surnommée Suki grâce à une puce électronique que possède l'animal.

«On nous avait dit que cette puce sous-cutanée pouvait servir si jamais l'animal disparaissait, jamais on n'a pensé que ça servirait comme ça», mentionne Mme Robitaille. Des photos récentes de l'animal ont été transmises à la jeune mère de famille qui l'a aussitôt reconnu, bien qu'il ait quelques kilos en moins.

La dame avait d'ailleurs sauvé son chien de l'euthanasie en l'adoptant à la SPCA de Montréal, alors que l'animal avait environ trois ans. Pollux a passé cinq ans avec la petite famille avant de disparaître, un jour de pluie, l'an dernier.

Mme Robitaille s'explique mal pourquoi son chien s'est enfui: «J'ai laissé la porte ouverte, et il a disparu. C'est un chien très actif, un mélange de lévrier et de labrador. Il essayait souvent de sauter la clôture et il sautait très haut. Il a aussi peur de l'eau, et la journée de sa disparition, je me souviens qu'il pleuvait beaucoup. Il a peut-être tenté de trouver refuge dans un wagon de train, pour se retrouver plus tard à l'autre bout du Canada».

Désireuse de ramener son chien à la maison, elle tente par tous les moyens de le rapatrier. Les coûts de transport sont élevés et difficiles à assumer pour la mère de trois enfants.

«Je passe mes journées et mes soirées devant l'ordi ou au téléphone à essayer de trouver un moyen pour ramener ma Popol à la maison!»

La propriétaire de l'animal est à la recherche d'un bon samaritain qui pourrait ramener Pollux au bercail. Une personne qui doit venir au Québec et qui pourrait, par le fait même, ramener le chien de la famille.

«J'ai eu beaucoup de belles propositions, de bonnes idées, mais rien de concret», souligne celle qui souhaite revoir son animal le plus tôt possible.

Mme Robitaille fait toutes ces démarches dans le plus grand secret, car elle ne veut pas alerter ses enfants, au cas où le chien ne reviendrait pas. «Ils ont assez pleuré quand elle s'est enfuie!» se souvient la mère de famille. Isabelle Robitaille souhaite faire connaître son histoire afin de trouver une personne prête à l'aider.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos