Jean-Nicolas Saucier
Photo : © AFP PHOTO / JIJI PRESS
Canoë

3- Le triple désastre du Japon


Jean-Nicolas Saucier
Photo : © AFP PHOTO / JIJI PRESS



Quand un photographe de guerre du magazine «TIME» décrit ce qu'il voit comme étant «incroyable et apocalyptique», vous savez que la catastrophe est grande. Chacun des trois désastres successifs qui ont frappé le Japon le 11 mars 2011 était pire que le précédent.

En premier lieu, un séisme de 9,0 sur l'échelle de Richter au large des côtes nippones, suivi d'un tsunami dévastateur qui a balayé villes et villages sur son passage, et, finalement, une fusion du combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale de Fukushima Daiichi.

La série de désastres a coûté la vie à près de 16 000 personnes. Les dommages matériels sont quant à eux évalués à plusieurs centaines de milliards de dollars, de loin la catastrophe la plus coûteuse des dernières décennies.

Le tremblement de terre nippon a été qualifié «d'un des pires de l'histoire moderne», si puissant qu'il a fait dévier d'un pied la planète de son axe de rotation, du jamais vu. Les marées d'eaux, de boues et de débris qui ont déferlé sur les terres intérieures du pays ont produit des scènes d'horreur que l'œil a peine à croire, surtout pour une société aussi technologiquement avancée que le Japon.

Mais au-delà du séisme et du tsunami, c'est l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi qui a le plus menacé les populations, au Japon comme ailleurs. Pire incident depuis Tchernobyl en 1986, il aura fallu des mois aux autorités japonaises pour reprendre le contrôle de la situation. Pendant un moment, on a même craint que la catastrophe n'atteigne Tokyo, une des plus importantes villes du monde.

Pendant de longs mois, des efforts d'urgence ont été déployés pour refroidir les réacteurs affectés aux risques et périls des courageux travailleurs qui acceptaient de s'y aventurer. Les craintes mondiales d'une contamination radioactive à grande échelle ont relancé le débat sur l'utilité et la pertinence du nucléaire comme forme d'énergie au 21e siècle. Les autorités estiment qu'il faudra entre 30 et 40 ans pour complètement démanteler la centrale de Fukushima.


Retour au top 10 de l'actualité internationale 2011



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos