Gilles LeBel
Actualité

Cacouna: manifestation contre un projet d'oléoduc

Cacouna: manifestation contre un projet d'oléoduc

Une manifestation a eu lieu à Cacouna contre le projet d'oléoduc de TransCanada. Photo Gilles LeBel / Agence QMI

Gilles LeBel

CACOUNA - Environ 400 personnes ont pris part dimanche matin à une marche symbolique pour démontrer leur opposition au projet de TransCanada d'implanter un port pétrolier sur le site de Gros-Cacouna, Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent.

Des représentants d'organismes pro-environnement, tels Nature Québec, Greenpeace, Fondation David Suzuki, SNAP, Coalition Saint-Laurent, Centre québécois du droit de l'environnement, Conseil Régional de l'Environnement du Bas-Saint-Laurent, l'AQLPA, WWF et Équiterre se sont joints à d'autres marcheurs en provenance de plusieurs régions du Québec, sous une température frisant le point de congélation.

C'est en scandant des slogans comme «Ne touchez pas à notre fleuve, le fleuve aux bélugas et TransCanada coule pas chez nous!», que le groupe de manifestants, a marché les 1,2 km séparant le stationnement de l'église jusqu'à l'entrée du port de mer de Gros-Cacouna.

Lors d'un point de presse précédant la marche, M. Christian Simard, directeur général de Nature Québec, s'en est pris à TransCanada, en l'accusant d'être arrogante.

Il a dénoncé les travaux géophysiques avec impacts, présentement en cours sur le site du port, avant tout examen public, soit par l'Office national de l'énergie (ONE) ou le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Christian Simard a aussi souligné que ces travaux mettaient en danger une population de 900 bélugas, «dont le statut va passer de menacé, à en voie de disparition très prochainement».

Puis prenant la parole, Mikael Rioux, un activiste de Trois-Pistoles, a invité la population à marcher avec lui le long du tracé du pipeline, de Cacouna jusqu'à Kanasatake, du 10 mai au 14 juin prochain, «afin de visiter les communautés et de faire en sorte de développer une stratégie pour que ce projet ne se réalise pas. »

On se souviendra de ce Mikael Rioux comme étant celui qui s'était rendu célèbre en 2004, en vidant un verre d'eau sur la tête du président d'Hydro-Québec, André Caillé, en direct à la télé, lors d'une rencontre de presse.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos