Sandy continue à se diriger vers les États-Unis

Dernière mise à jour: 27-10-2012 | 07h51

MIAMI - L'ouragan Sandy, brièvement rétrogradé au rang de tempête tropicale dans la nuit, a été reclassé samedi matin en ouragan et continuait à se diriger vers les États-Unis, menaçant de frapper juste après le week-end la côte nord-est, qui se prépare à y faire face.

Sandy, qui a déjà fait 44 morts dans les Caraïbes (un en Jamaïque, un aux Bahamas, 29 en Haïti, 11 à Cuba et deux en République dominicaine), risque de frapper durement une large part du territoire américain, très peuplée, en tout début de semaine, la dernière de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 6 novembre.

Aussi sur Canoe.ca

Surnommé Frankenstorm en raison de la proximité de la fête d'Halloween, mercredi aux États-Unis, «Sandy est un cyclone tropical très étendu», indique le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

«Comparé à Irene», qui avait touché en août 2011 la côte atlantique et inondé des villes entières, laissant derrière lui 47 morts, «on attend un impact plus important par rapport à la montée des eaux. Même chose avec le vent», a prévenu James Franklin, un responsable du NHC, dont le siège est à Miami.

L'ouragan remonte actuellement vers le nord parallèlement à la côte américaine, et devrait rencontrer mardi des fronts froids descendants, ce qui devrait la renforcer et la faire bifurquer vers l'ouest et les côtes américaines.

Lundi ou mardi, elle pourrait toucher jusqu'à un tiers du territoire américain, des Etats de Caroline (est) jusqu'à ceux du nord-est et, à l'intérieur des terres, jusqu'à l'Ohio.

Les météorologues attendent sur la côte allant de la Virginie à New York non seulement «d'importantes précipitations, des vents violents et des montées des eaux significatives», mais aussi, à l'intérieur des terres, d'importantes chutes de neige, selon le service américain de météorologie.

Le gouverneur de l'Etat de New York a déclaré l'état d'urgence tandis que le maire de la ville, Michael Bloomblerg, a invité les habitants à bien s'informer sans pour autant céder à la panique. Le maire de la capitale, Washington, Vincent Gray, a lui aussi déclaré l'état d'urgence, également déclenché dans le Maryland, la Pennsylvanie, la Virginie et un comté de Caroline du Nord.

Grandes marées

Sandy a déjà bouleversé l'emploi du temps, très serré à 10 jours de l'élection présidentielle du 6 novembre, du candidat républicain Mitt Romney et du vice-président démocrate Joe Biden, qui ont chacun annulé leurs déplacements, prévus respectivement dimanche et samedi, à Virginia Beach en Virginie.

Sandy pourrait aussi empêcher des électeurs de voter par anticipation, une procédure sur laquelle misent beaucoup les démocrates.

Le président Barack Obama a demandé à l'agence fédérale de gestion des crises (Fema) de s'assurer qu'elle puisse aider les zones potentiellement affectées, en se tenant régulièrement informée de la situation.

L'ouragan, de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, se trouvait samedi à 12H00 GMT à 540 kilomètres au sud-est de la ville de Charleston (Caroline du Sud), accompagné de vents à 120 km/h, et se déplaçait vers le nord à une vitesse de 17 km/h.

En Floride et ailleurs sur les côtes, les eaux pourraient monter d'un à 1,5 mètre, en raison de grandes marées, ont précisé des météorologues.

L'ouragan traverserait aussi une zone où sont situées une dizaine de raffineries de pétrole qui pourraient être fermées par précaution, ont noté des courtiers à New York.

Le Pentagone s'est dit «prêt à porter assistance aux États qui pourraient être touchés», avec plus de 45.500 soldats de la garde nationale prêts à intervenir dans sept Etats et dans la capitale.

La marine américaine a fait appareiller vendredi vers la haute mer une vingtaine de navires de la base de Norfolk (Virginie) pour leur éviter d'être endommagés par l'ouragan.

Autour de Washington, les équipes de réparation des lignes électriques ont été renforcées.



Vidéos

Photos