Ralentissement causé par le fer dans les océans

Réchauffement climatique - Ralentissement causé par le fer dans les océans

Selon cette étude, les oxydes de fer captent un cinquième de l’ensemble du carbone organique déposé sur le plancher océanique. © Shutterstock / Agence QMI

MONTRÉAL – Le fer dans les océans contribuerait à ralentir le réchauffement climatique en prélevant naturellement le dioxyde de carbone (CO2) dans l'air, indique une étude menée par les universités McGill et Concordia.

Après avoir analysé des sédiments provenant des quatre coins du monde, Yves Gélinas, professeur au département de chimie et de biochimie de l'Université Concordia, et son équipe ont découvert que les oxydes de fer captent un cinquième de l'ensemble du carbone organique déposé sur le plancher océanique.

Cette découverte soulève toutefois des inquiétudes chez les scientifiques parce que les oxydes de fer sont des molécules menacées en raison d'une diminution des concentrations d'oxygène dans les environnements aquatiques causée par la pollution.

«Si la quantité d'oxygène dans un environnement aquatique passe en deçà d'un certain niveau, la production d'oxyde de fer est interrompue, ce qui ampute l'environnement d'une bonne partie de sa faculté naturelle à extraire le dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère», expliquent les chercheurs.

Les scientifiques ne perdent toutefois pas espoir.

«Cette étude se présente aussi comme un plaidoyer indirect en faveur de la réduction des quantités d'engrais et autres contaminants riches en nutriments déversés dans les systèmes aquatiques», conclut Karine Lalonde de l'Université Concordia.

L'étude est publiée dans la revue scientifique «Nature».


Vidéos

Photos