Les dauphins seraient «des personnes non humaines»

Étude

 © Archives

Les baleines et les dauphins sont si intelligents qu'ils doivent être déclarés comme étant «des personnes non humaines» et protégés par une déclaration des droits, ont affirmé en fin de semaine des chercheurs lors d'une conférence scientifique internationale, à Vancouver.

Des chercheurs de l'Université Emory, dans l'État de Géorgie, de l'Université Loyola Marymount, en Californie, et un groupe de conservation du Royaume-Uni ont pris la parole dimanche lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'avancement des sciences.

Les cétacés — dauphins, marsouins et baleines – sont, selon eux, «beaucoup plus sophistiqués intellectuellement et émotionnellement qu'on ne le pensait». Il y a aussi un nombre croissant de preuves attestant que ces animaux ont «un niveau similaire d'intelligence, de conscience de soi et de sensibilité que le nôtre».

Ils ont présenté une Déclaration des droits pour les cétacés, comme convenu par le Groupe d'Helsinki, qui rassemble des universitaires de plusieurs pays, dont le Canada.

L'article premier de cet énoncé affirme que «chaque cétacé a le droit à la vie». L'article sept précise que «les droits, les libertés et les normes énoncés dans la présente déclaration doivent être protégés en vertu du droit international et national».

Le groupe souhaite que la politique rattrape la science et qu'elle interdise toute exploitation de ces animaux, que ce soit pour la chasse ou les parcs marins.

La sophistication de ces animaux est telle qu'ils sont «des personnes non humaines», qu'ils doivent être considérés comme «non utilisables» par les humains et qu'ils ont des «mœurs» en tant qu'individus, a déclaré Thomas White de l'Université Loyola Marymount.

«Il est, par conséquent, éthiquement indéfendable de tuer, blesser ou de garder ces êtres en captivité à des fins humaines», a-t-il ajouté.


Vidéos

Photos