Coûteux symbole vert au centre-ville

Maison du développement durable - Coûteux symbole vert au centre-ville

’argent des contribuables sera bien dépensé puisque le bâtiment sera un puissant symbole, a assuré la ministre de l’environnement Line Beauchamp.© Courtoisie


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL - La Maison du développement durable, un projet de 27 millions$ financé à moitié par des fonds publics, coûtera 15% plus cher à construire qu’un ouvrage conventionnel de la même ampleur.

Mais l’argent des contribuables sera bien dépensé puisque le bâtiment sera un puissant symbole, a assuré lundi la ministre de l’environnement Line Beauchamp.

Érigé à l’angle des rues Sainte-Catherine et Clark, le bâtiment qui sera complété en septembre 2011 deviendra le premier au Québec à être certifié LEED Platine, le niveau le plus contraignant en matière de développement durable.

Géothermie, toit vert, mur végétal, matériaux de construction recyclés; ses locataires, neuf organisations qui font la promotion du développement durable, pourront se vanter de laisser une empreinte environnementale minime.

Symbole environnemental

Sidney Ribaux, cofondateur d’Équiterre, le promoteur de la Maison du développement durable, reconnaît qu’il y a un coût à de telles prouesses.

«On calcule que ces technologies de construction coûtent 15% plus cher qu’un bâtiment traditionnel. Mais il faut penser qu’il y aura de gros gains en économie d’énergie», a-t-il dit.

Selon lui, «il s’agira de l’édifice à bureaux le moins énergivore au Québec, avec près de la moitié de la consommation d’électricité d’un bâtiment conventionnel».

«La maison sera une vitrine exceptionnelle du développement durable, elle deviendra un symbole de la lutte aux changements climatiques», a pour sa part promis Line Beauchamp.

Dons espérés

La ministre participait lundi, en compagnie du PDG d’Hydro-Québec Thierry Vandal et du vice-président du Comité exécutif de Montréal, Alan DeSousa, à la première pelletée de terre du chantier, qui était en fait une pelletée de compost.

Québec a fourni 10,5 millions $ dans ce projet vert, et la ville de Montréal a pour sa part aligné 1,5 millions $.

Équiterre a aussi beaucoup misé sur les dons de particuliers et d’entreprises. 4 millions $ ont déjà été amassés de cette façon, mais il manque toujours 3,5 millions $ en dons privés pour compléter le montage financier.

Voisine du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), la Maison du développement durable a aussi bénéficié du soutient d’Hydro-Québec, qui a cédé le terrain de 15 000 pieds carrés à Équiterre en 2006.

À terme, en plus des bureaux des organismes locataires, on retrouvera dans la Maison du développement durable un restaurant bio, une salle de conférence, un centre du bâtiment durable ouvert au public et la garderie des employés d’Hydro-Québec.


Vidéos

Photos