Le réchauffement climatique bénéfique pour la forêt boréale

Flore - Le réchauffement climatique bénéfique pour la forêt boréale

ROUYN-NORANDA - Quatre espèces d’arbres caractéristiques de la forêt boréale pourraient tirer profit des changements climatiques en cours, selon un nouveau doctorant de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT).

Jianguo Huang a soutenu avec succès sa thèse pour laquelle il a obtenu son doctorat en environnement. Dans celle-ci, il montre que, dans l’ensemble, le réchauffement de la planète aura des effets bénéfiques sur la croissance des peupliers faux-tremble, du bouleau blanc, de l’épinette noire et du pin gris.

Les deux espèces de feuillus verraient leur population croître à de plus en plus au nord, au sein même des forêts composées jusqu’alors uniquement de conifères en raison de l’augmentation de l’humidité et de la saison de pousse.

Le pin gris avantagé

Le pin gris serait nettement avantagé par un réchauffement du climat dans l’est du Canada, grâce à sa résistance plus élevée à la sécheresse.

Toutefois, M. Huang pense que certains facteurs, comme une augmentation prévisible des incendies de forêt, des infestations d’insectes et des maladies – causés par les hausses de température – risquent d’atténuer, voire annuler les effets du climat sur la forêt boréale.

Les prévisions actuelles prévoient qu’en 2100, la température moyenne au Québec augmentera de 3,5 °C. En hiver, ces mêmes prévisions font état d’une augmentation moyenne de 5 °C. Les précipitations doivent également augmenter de 10 % à 25%.

Le jury a attribué une mention d’excellence à Jianguo Huang en lui accordant son doctorat.


Vidéos

Photos