Polluants, les bagels?

Environnement - Polluants, les bagels?

Thavaraja Thambithurai, gérant du célèbre magasin Fairmount Bagel, trouve ridicule l’idée de bannir les fours à bois commerciaux comme le sien. © Mathieu Turbide

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

Satisfaite d'avoir convaincu la Ville de Montréal de bannir le chauffage au bois dans les résidences de Montréal, l'Association pulmonaire du Québec s'attaque maintenant à un symbole montréalais: la cuisson au bois des bagels.

Aussi sur Canoe.ca

Après avoir applaudi le conseil municipal de Montréal pour son futur règlement interdisant le chauffage au bois, adopté hier soir, le président de l'Association pulmonaire, Louis P. Brisson, a suggéré aux élus d'aller encore plus loin et «de ne pas exclure de ce règlement les appareils de cuisson commerciale».

En entrevue au Journal à sa sortie du conseil, M. Brisson a expliqué qu'il visait par cette déclaration tous les fours commerciaux de cuisson qui carburent au bois, comme ceux qu'on retrouve dans les bagels shops et les pizzerias de Montréal.

Comme 8 700 autos

«Ces fours-là chauffent en brûlant du bois 24 h sur 24, 365 jours par année. Il y en a peut-être moins que les appareils de chauffage résidentiel, mais un poêle à bois, on le chauffe quelques heures par semaines. On ne peut pas négliger l'impact de ces fours», a-t-il plaidé, en comparant les émissions d'un seul four à bagels à celles de 8700 voitures qui rouleraient sans arrêt.

Le responsable de l'environnement à la Ville de Montréal, le conseiller Alan de Sousa, a répondu que le règlement avait été conçu pour «cibler» le chauffage résidentiel, responsable de 47% des émissions de particules fines à l'origine du phénomène de smog. «Tous les commerçants qui utili-sent ce genre de fours-là auront à faire une réflexion pour voir, comme bons citoyens corporatifs, comment ils pourraient utiliser d'autres moyens, d'autres technologies», a suggéré le conseiller, M. de Sousa.

Le goût des bagels

«Ridicule», rétorque le gérant de Fairmount Bagel, Thavaraja Thambithurai. «Le goût particulier des vrais bagels vient du feu de bois. C'est la tradition. On peut faire cuire des bagels dans des fours électriques ou à gaz, mais ça ne sera plus les meilleurs bagels du monde», dit-il.

Cet argument n'émeut pas outre mesure le président de l'Association pulmonaire. «Pour d'autres, le poêle à bois aussi ça fait partie de la tradition. Ça n'empêche pas que c'est dangereux pour la santé publique.»

Le directeur général du Conseil régional de l'environnement, André Porlier, est moins catégorique. Il se contente de l'inter-diction des appareils de chauffage résidentiel, mais il aimerait tout de même qu'une étude soit réalisée pour qu'on puisse quantifier l'impact des fours commerciaux.

Le règlement adopté hier par le conseil municipal de Montréal interdira l'installation de tout nouvel appareil résidentiel de chauffage au bois. Une consultation publique est prévue au cours des prochaines semaines. Il est possible que la Ville mette sur pied prochainement un programme incitatif pour amener les propriétaires des systèmes existants à les remplacer. Le règlement ne vise par le chauffage aux granules de bois ou au gaz naturel.


Vidéos

Photos