Le trou s’est agrandi en 2008


Bernard Plante

Selon une étude déposée cette semaine par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies (ONU), le trou dans la couche d’ozone s’est agrandi en 2008 par rapport à 2007.

Les scientifiques notent que la destruction de la couche d’ozone atteint généralement son paroxysme à la fin septembre ou au début d’octobre. Ils notent aussi que le trou a tardé à se former cette année, mais qu’il s’étend rapidement depuis deux semaines et dépasse maintenant l’amplitude enregistrée en 2007.

«Bien qu’il soit encore en phase d’extension, il est encore trop tôt pour déterminer quelle sera son étendue cette année. Le 13 septembre 2008, le trou d’ozone s’étendait déjà sur 27 millions de kilomètres carrés, alors que sa superficie n’avait pas dépassé 25 millions de kilomètres carrés en 2007», lit-on.

Changements climatiques

L’agence de l’ONU souligne en outre que les scientifiques établissent de plus en plus de liens entre l’appauvrissement de la couche d’ozone et les changements climatiques. Ces derniers faciliteraient les réactions chimiques à l’origine de la destruction du gaz protecteur. L’ozone entoure la Terre et absorbe des rayons ultraviolets à une distance située entre 15 et 50 kilomètres au dessus de nos têtes.

Depuis la Convention de Vienne (1985), puis le Protocole de Montréal (1987) des mesures ont été prises pour éliminer les chlorofluorocarbones (CFC) utilisés dans les aérosols et les réfrigérateurs et à présent les hydro chlorofluorocarbones (HCFC) qui sont à l’origine de cette destruction.

Toutefois, rappelle le rapport: «Après avoir subi des assauts chimiques pendant des décennies, la couche d’ozone aura peut-être besoin d’une cinquantaine d’années pour se rétablir pleinement», comme le soulignait déjà le Protocole de Montréal.


Vidéos

Photos