Les écocentres font peau neuve

Montréal - Les écocentres font peau neuve

Alan DeSousa, responsable du développement durable, du développement économique et de Montréal 2025.© Ville de Montréal

Virginie Roy

De nombreuses améliorations ont été effectuées dans les écocentres de la ville de Montréal afin de faciliter la vie des citoyens qui participent à l’effort commun de récupération et de réduction des quantités de matières qui ne sont pas acceptées dans la collecte porte-à-porte.

Ainsi, en plus de leurs nouvelles identités visuelles, un projet pilote de signalisation est présentement en cours à l’écocentre de La Petite-Patrie.

Un écocentre est un lieu de dépôt et récupération par apport volontaire d’objets encombrants, de résidus domestiques dangereux, de résidus de construction, de démolition et de rénovation d’origine résidentielle ainsi que de matériaux secs et de résidus verts pour en faire leur traitement.

La nouvelle identité visuelle des écocentres, annoncée aujourd’hui par Alan DeSousa, responsable du développement durable, du développement économique et de Montréal 2025 au comité exécutif, communique la vitalité et le travail de pointe des écocentres.

Les améliorations qui ont été apportées consistent, entre autres, en l’implantation de dispositifs signalétiques sur le site ainsi que le marquage des différentes zones de dépôt, ce qui permettra d’augmenter la fluidité de la circulation et de mieux orienter le citoyen sur le site. Le projet pilote à l’écocentre de La Petite-Patrie permettra de valider les concepts et les nouveaux outils développés avant le déploiement dans les autres écocentres.

«L’écocentre de La Petite-Patrie est l’un des plus achalandés sur l’île de Montréal et près de 30 000 tonnes de matières y sont déposées annuellement. L’instauration de ce projet permettra aux citoyens de bénéficier d’un service plus rapide, et ce, dans un environnement propre et sécuritaire», explique dans un communiqué Carle Bernier-Genest, conseiller de la ville à l’arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie.

Une popularité grandissante

Telle qu’elle s’est engagée à le faire dans le Plan directeur de gestion des matières résiduelles de l'agglomération de Montréal 2008-2012, M. DeSousa a également tenu à rappeler que la Ville de Montréal travaille présentement à l’implantation d’autres écocentres sur son territoire.

«Afin de répondre à la demande croissante des citoyens, notre administration a donné son aval à la construction de deux nouveaux écocentres, l’un dans l’arrondissement de LaSalle et l’autre dans celui de Saint-Laurent, qui verront le jour d’ici 2010», a-t-il déclaré précisant que la Ville de Montréal continue de prendre les actions nécessaires afin d’atteindre les objectifs de récupération et de valorisation de 60 % des matières résiduelles énoncés dans la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008.

Selon les dernières statistiques de la Ville de Montréal, près de 175 000 visiteurs ont fréquenté les 6 écocentres en une année, disposant de près de 80 000 tonnes de matières de toute sorte. C’est ainsi près de 55 000 tonnes de matières qui ont pu être détournées de l’enfouissement et qui ont pu être recyclées, réemployées ou valorisées.

«J’encourage les Montréalais à utiliser les services offerts par les écocentres puisqu’il s’agit d’un moyen simple et efficace de disposer de façon responsable et écologique des matières qui ne sont pas acceptées dans la collecte porte-à-porte. La participation des citoyens est essentielle. Chaque petit geste compte afin de faire de Montréal une ville plus belle et plus propre», conclut M. DeSousa.

Les citoyens désirant plus d’information sur les écocentres peuvent visiter le site Internet de la Ville de Montréal à l’adresse ville.montreal.qc.ca/environnement et cliquer sur l’onglet «Installations et infrastructures».


Vidéos

Photos