INCONTOURNABLES

Théâtre pour les jeunes !
PUB

Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


Allégations de corruption et de collusion

Paolo Catania cède sa part pour 1 $

Agence QMI 
Andrew McIntosh
09/11/2012 10h13 
 
 
Allégations de corruption et de collusion - Paolo Catania cède sa part pour 1 $
La résidence de l'entrepreneur en construction Paolo Catania située à Outremont.  
Photo Maxime Deland / Agence QMI

MONTRÉAL - Paolo Catania, l'entrepreneur en construction qui fait l'objet d'allégations de fraude, de corruption, de collusion et de liens avec le crime organisé, a entièrement transféré à sa femme leur résidence d'Outremont, d'une valeur de 2 millions $ en 2009.

Il a effectué cette transaction quelques semaines avant que n'éclate un scandale qui a mené à des accusations criminelles contre lui.

M. Catania compte parmi une demi-douzaine de personnes reliées aux cas de corruption et de collusion dans l'industrie de la construction, qui se sont débarrassés de biens de grande valeur lorsque les policiers commençaient à s'intéresser à eux.

Deux ex-ingénieurs de la Ville de Montréal, Luc Leclerc et Gilles Surprenant, qui ont témoigné à la commission Charbonneau, ont eux aussi donné ou transféré leurs résidences.

M. Catania et sa femme Nathalie Boutin ont acheté au prix de 1,85 million $, en 2004, la résidence dans l'arrondissement d'Outremont. Le 17 avril 2009, M. Catania a cédé sa part de 50 % à Mme Boutin pour 1 $. La résidence était alors évaluée à plus de 2 millions $.

Douze jours plus tard, la Sûreté du Québec a reçu le mandat d'enquêter sur M. Catania et son entreprise, après la diffusion de vérifications comptables exigées par la Ville de Montréal.

Ces vérifications avaient permis de relier Paolo Catania et certains fonctionnaires municipaux à plusieurs irrégularités financières dans le projet du Faubourg Contrecoeur.

En mai dernier, la Sûreté du Québec a déposé des accusations de fraude contre M. Catania et son entreprise. L'entrepreneur nie toutefois tout. Il a aussi refusé de discuter du transfert de sa propriété. «Ces informations relèvent de la vie privée de M. Catania et de sa conjointe», a dit sa porte-parole.

Pas qu'un seul problème

Faubourg Contrecoeur n'était pas l'unique problème qu'a dû affronter l'entrepreneur en 2009.
À la fin 2008, Revenu Québec a fait parvenir à M. Catania une cotisation de 157 815 $. Selon Revenu Québec, il avait facturé des dépenses personnelles à sa compagnie et avait omis de les déclarer comme revenu personnel.

Ces dépenses incluaient la location et des réparations de véhicules, des frais d'avocat, d'autres honoraires de gestion ainsi que des voyages personnels en Jamaïque, en Espagne, en Floride, à Las Vegas, dans les Laurentides et à Montebello.

M. Catania nie avoir fraudé et conteste ces cotisations, estimant que sa responsabilité pour les exercices fiscaux de 2001 à 2004 avait expiré.

Revenu Québec a manifesté son désaccord : Construction F. Catania avait déjà plaidé coupable en 2004 à des accusations d'évasion fiscale au fédéral pour des actions semblables, écopant d'une amende de 109 375 $. La cause du fisc québécois demeure devant les tribunaux.

Depuis 1990, Groupe Catania et ses filiales ont empoché plus de 100 millions $ en contrats de construction et d'infrastructures, et ont réalisé de gros profits sur les marchés immobiliers commerciaux et résidentiels avec des transactions à Brossard et d'autres banlieues de Montréal.

Une rue à Brossard

Mais ni M. Catania ni aucun autre des dirigeants de Catania ne donnent d'entrevues, même si le nom de la famille désigne aujourd'hui une rue de Brossard.

Des photographies déposées à la commission Charbonneau ont montré des Catania en train de manger avec des membres du clan Rizzuto. De multiples témoins ont associé l'homme d'affaires à la fraude, collusion et corruption.

M. Catania a aussi été accusé d'avoir proféré des menaces envers l'homme d'affaires Elio Pagliarulo. Les accusations criminelles ont toutefois été abandonnées.

M. Pagliarulo a raconté à la commission Charbonneau que M. Catania obtenait des millions en argent comptant avec de fausses factures. M. Catania a démenti ces informations.

Mais toutes ces controverses ont eu des conséquences : Groupe Catania ne soumissionne désormais plus pour des projets d'infrastructures publiques.

Un MBA qui n'existe pas

Paolo Catania affirmait sur un site de réseautage professionnel qu'il détenait un MBA pour cadres de l'université Harvard, alors que ce n'est pas le cas.

La référence au MBA sur le profil de M. Catania sur LinkedIn a d'ailleurs été rapidement supprimée, après que l'Agence QMI eut contacté l'Université Harvard et le Groupe Catania pour vérifier la chose.

Un tel programme de MBA pour cadres n'existe pas au Harvard Business School (HBS), selon Kristen Raymaaker, l'adjointe au directeur des communications de l'établissement. Elle a précisé que M. Catania n'a complété aucun programme offert par Harvard.

Lorsqu'elle a tenté de contacter M. Catania, l'«Agence QMI» a plutôt été référée à Mylène Forget, une consultante en relations publiques pour sa compagnie.

Mme Forget a rappelé une heure plus tard pour spécifier que la mention du MBA avait été retirée des détails du profil LinkedIn de M. Catania.

«Il y avait erreur. Je ne sais pas d'où vient l'inexactitude, mais on vous remercie», a dit Mme Forget.

Que quelques séminaires

Mme Raymaaker a précisé que M. Catania avait suivi plusieurs séminaires d'une semaine à Harvard, donnés par la Young Presidents Organization (YPO), entre 2008 et 2012. Les sessions d'étude et de réseautage pour cadres sont bien dirigées par des professeurs de Harvard.

«Mais la YPO est un organisme distinct de la Harvard Business School, a ajouté Mme Raymaaker. La HBS fournit le programme et les services d'enseignement, mais le service des admissions (au programme de séminaire) est géré par la YPO, pas par Harvard.»

«Parfois, les gens (qui s'inscrivent au programme de la YPO) croient qu'ils ont un MBA, mais ce n'est pas un MBA. Ce programme comprend typiquement deux années de cours et d'études intenses», a-t-elle poursuivi.

Le site de la YPO ne fait pas non plus mention d'un programme de MBA pour les cadres, mais décrit Harvard plutôt comme un «partenaire à la formation».

Difficile à excuser

Pour recevoir un certificat de formation continue pour cadre de la YPO, un étudiant doit suivre 10 sessions de cours d'une semaine, a expliqué Mme Raymaaker. M. Catania a participé à seulement cinq semaines de formation, a-t-elle ajouté.

Embellir son parcours académique ou professionnel est un «drapeau rouge», souligne Christopher Marquet, un expert en fraude chez Marquet International Ltd, une firme d'enquête privée basée à Boston.

«C'est difficile à excuser. Il trafique son curriculum vitae pour s'avantager. Si vous mentez à ce propos, que cachez-vous d'autre?» s'est questionné M. Marquet.

Un condo de 1,1 M $


Pendant que les Québécois se battaient avec les rigueurs de l'hiver, l'homme d'affaires Paolo Catania et son épouse goûtaient à leur plus récente acquisition, soit un luxueux condo de 1,1 million $ avec vue sur la mer en Floride.

M. Catania a acheté cette propriété au moment où il s'engageait dans des activités de collusion sur des contrats de construction, des fausses factures, de la fraude envers la Ville de Montréal, de l'évasion fiscale et de versements de sommes d'argent au crime organisé, selon des témoignages de personnes qui ont comparu devant la commission Charbonneau et des documents obtenus auprès des tribunaux civil et criminel.

Paolo Catania a ainsi acheté en 2008 un luxueux condo de 3000 pieds carrés situé dans une tour, l'Ocean Shores IV, construite à 300 pieds en bordure de l'océan Atlantique, indique un registre foncier de la Floride.

La Banque Nationale a financé la transaction avec un billet à ordre de 1,125 million $ US.
Ocean Four est l'une de quatre tours construites à Sunny Isles Beach, une localité bien connue des Québécois et située juste au nord de Miami Beach. La tour de 45 étages compte 264 résidences.

Le couple a acheté le plus grand condo disponible au 39e étage, comprenant trois chambres à coucher et trois salles de bain. Il offre une vue panoramique sur l'océan à travers des fenêtres, qui vont du sol au plafond.



 
 


[Toutes les enquêtes]


  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.