Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


Pot-de-vin

Allégations de paiement pour permis à Blainville

Agence QMI 
Andrew McIntosh
07/03/2011 04h52 
 
 
Pot-de-vin - Allégations de paiement pour permis à Blainville
La SQ a reçu une plainte appuyée par un enregistrement dans lequel un agent immobilier, Jean-Guy Ayotte, solliciterait de M. Carlo Kramer un pot-de-vin contre un permis de construction. 
© Petel/Agence QMI

L’enregistrement secret d’une rencontre lors de laquelle un homme d’affaires aurait été incité à payer un montant d’argent à un tiers s’il voulait obtenir un permis de construction de la Ville de Blainville a entraîné le dépôt d’une plainte à la Sûreté du Québec (SQ) et plusieurs menaces de poursuites.

Deux sources confidentielles ont indiqué à l’Agence QMI qu’on avait demandé à l’homme d’affaires blainvillois Karlo Kramer de verser 8 000 $ en 2010, alors qu’il tentait d’obtenir un permis de construction pour une nouvelle garderie à Blainville, une municipalité en plein développement située au nord de Montréal.

M. Kramer n’a jamais fait le versement demandé et n’a pas encore obtenu son permis. L’Agence QMI a tenté sans succès de le joindre.

Depuis cette rencontre, l’homme d’affaires a déclaré dans une lettre transmise par son avocat qu’il était victime de tractations politiques qui ont sabordé son projet.

Hier, le maire de Blainville, François Cantin, a indiqué que les affirmations de M. Kramer sont fausses, ajoutant qu’il n’avait jamais entendu l’enregistrement secret de la rencontre, effectué par l’homme d’affaires.

« Cet épisode, pour nous, c’est des allégations complètement fausses. Je n’ai rien à dire là-dessus. Il n’y a pas d’histoire pour moi », a dit le maire.

Le porte-parole de la SQ, Richard Gagné, a précisé samedi que l’escouade Marteau avait reçu une plainte relativement à cette affaire et que les enquêteurs commenceront à l’examiner cette semaine.

Selon les deux sources confidentielles, les enquêteurs de la SQ n’avaient pas encore procédé à la saisie de l’enregistrement de la rencontre avec M. Kramer, lors de laquelle des paiements auraient été exigés.

« Non, nous n’avons pas encore eu le temps, a précisé le porte-parole de la SQ. Ça devrait se faire quand même assez rapidement, possiblement cette semaine ou la semaine prochaine. On a, comme vous pouvez vous en douter, une multitude de dossiers à enquêter. » Toujours selon nos sources, après avoir échoué dans l’obtention de son permis de construction, M. Kramer a fait parvenir une lettre à la Ville de Blainville par l’entremise de son avocat, Jean Paquin, déclarant qu’il déposerait une poursuite de 595 000 $ contre la Ville si son entreprise ne recevait pas de compensation pour l’échec de son projet.

Me Paquin a refusé de commenter cette affaire et de fournir une copie de la lettre dans laquelle il demande compensation au nom de son client, précisant que M. Kramer ne voulait pas la rendre publique.

Cependant, nos sources, qui ont lu la lettre de Me Paquin, ont indiqué que l’avocat y révélait que M. Kramer avait secrètement enregistré une rencontre avec un agent immobilier du secteur, Jean-Guy Ayotte.

Sur cet enregistrement, on entendrait M. Ayotte dire à M. Kramer que s’il veut un permis de construction pour son projet, il doit verser environ 8 000 $.

M. Kramer avait accepté au départ de payer, craignant pour la survie de son projet et la perte de plus de 300 000 $. Mais l’homme d’affaires est devenu méfiant lorsqu’il a été invité à verser un montant plus élevé.

Et c’est à ce moment, selon nos sources, que M. Kramer a enregistré secrètement une rencontre avec Jean-Guy Ayotte.

« Dans les coffres du Vrai Blainville »

Sur cet enre gistrement, on entendrait M. Ayotte préciser que sur réception du montant, il s’assurerait que l’argent serait remis aux principaux représentants de la Ville et éventuellement dans les coffres du parti Le Vrai Blainville (le parti du maire François Cantin).

Ce parti a d’ailleurs été réélu lors des élections municipales de 2009, avec une majorité de 78 %. M. Ayotte a ajouté que l’élection avait coûté très cher. C’est ainsi que les gens règlent les problèmes à Blainville, aurait affirmé M. Ayotte au cours de l’enregistrement, selon les deux sources qui connaissent l’existence de la lettre et de l’enregistrement audio.

Jean-Guy Ayotte a nié les allégations rapportées.


pas le droit de collecter

Rejoint hier soir, Jean-Guy Ayotte a nié avoir demandé de l’argent à l’homme d’affaires Karlo Kramer, mais il tient quand même des propos fort intéressants, même si son avocat lui défend de donner des entrevues aux journalistes.

Pas autorisé

« Je peux avoir dit certaines choses là, je le sais pas moi, mais je suis pas autorisé à collecter des fonds pour Blainville. Ça, c’est sûr, sûr et certain. Je ne suis pas dans l’organisation politique des gens qui sont là, absolument pas. »

Rien dit de mal

« À mon avis, j’ai rien dit de mal », a-t-il ajouté. M. Ayotte a confirmé qu’en 2010 il a reçu une lettre d’avertissement du parti du maire Cantin pour lui dire qu’il n’était pas autorisé à collecter des fonds pour le parti Le Vrai Blainville.

Un vieux routier

M. Ayotte est un vieux routier du monde politique qui dit n’être plus impliqué dans la vie municipale. Il dit avoir aidé à l’organisation de deux campagnes électorales pour l’ancien ministre libéral Francis Fox, qui siège maintenant au Sénat, et à plusieurs autres campagnes municipales.

 
 


[Toutes les enquêtes]


  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.