Huguette Young
Canoë

Cérémonie émouvante pour Jack Layton

Funérailles nationales - Cérémonie émouvante pour Jack Layton

L'arrivée du cercueil de Jack Layton aux funérailles nationales.©REUTERS/Chris Wattie


Huguette Young

Dernière mise à jour: 27-08-2011 | 20h43

Le chef néo-démocrate Jack Layton, décédé lundi dernier, a eu droit à des funérailles nationales d’envergure, samedi, à Toronto, avec, au rendez-vous toute la gamme des émotions.

La tristesse y était bien sûr palpable, mais aussi l’admiration et l’enthousiasme du public face aux valeurs de M. Layton articulées autour «d’un Canada plus inclusif et plus généreux».

Les quelque 2400 personnes – environ 700 membres du public et plus de 1700 invités, dont le premier ministre Stephen Harper et sa femme, les anciens premiers ministres Jean Chrétien et Paul Martin, le chef libéral intérimaire, Bob Rae, le gouverneur général, David Johnston et sa femme, ainsi que plusieurs néo-démocrates, dont la chef intérimaire Nycole Turmel et les anciens chefs Ed Broadbent et Alexa McDonough - qui s’étaient rassemblées dans le Roy Thomson Hall, équivalent torontois de la Place des Arts de Montréal, ont écouté attentivement les différents orateurs et chanteurs montés sur scène pour rendre hommage à M. Layton. Les gens ont ainsi, par moment, pleuré, ri, applaudi et lancé des cris de joie au cours de l’intense cérémonie.

L’éloge funèbre de l’ex-envoyé spécial de l’ONU en Afrique et ancien chef néo-démocrate ontarien Stephen Lewis a touché le cœur des invités. Il a évoqué les valeurs profondes de M. Layton énoncées dans sa lettre aux Canadiens.

«Concentrons-nous sur les dernières lignes de cette lettre sur l’amour et l’espoir, a-t-il lancé. Cette lettre était au fond un manifeste en faveur de la social-démocratie.»

La foule s’est alors déchaînée. Des applaudissements à tout rompre ont éclaté. Des hourras de la salle tranchaient le silence qui régnait jusque-là.

Tout au long de ce service, plusieurs ovations debout ont souligné l’apport de cet homme que les Québécois appelaient tout simplement «Jack».

«Un gars aussi à l’aise à négocier avec les premiers ministres qu’il l’était à réconforter les sans-abri, a enchaîné son attaché de presse de longue date, Karl Bélanger. Un gars qui savait manier aussi bien l’harmonica que le micro, aussi confortable à la chambre de commerce qu’à la taverne du coin.»

Pour sa part, le fils de Jack Layton, Michael Layton, conseiller municipal de la Ville de Toronto, a reconnu que son père n’avait jamais «emprunté le chemin facile». Il était convaincu qu’il était possible de faire des changements «pour améliorer le sort des gens», a-t-il relaté.

«Ce que les gens ne savaient pas, c’est qu’il était encore plus généreux avec nous, avec son temps, son attention et son avenir», a renchéri Sarah Layton.

Attristée, Olivia Chow, la veuve de jack Layton, elle-même députée néo-démocrate, a incité les gens à faire triompher les idées de son mari.

«Regardons en avant», a-t-elle plaidé dans une vidéo commémorative qui a été présentée durant la cérémonie, samedi.

Mme Chow avait été spontanément applaudie par la foule avant la cérémonie, dès son arrivée au Roy Thomson Hall accompagnée des enfants de M. Layton, Sarah et Michael et de la bien-aimée petite-fille de M. Layton, Beatrice.

Au début de la cérémonie, une prière autochtone a donné le ton à cet événement empreint de dignité, entrecoupé des paroles inspirantes de la chanson «Croire» d’un artiste admiré par M. Layton, le rocker québécois Martin Deschamps. La livraison vibrante de la chanson «Hallelujah» du poète Leonard Cohen par Steven Page, ex-membre du groupe Barenaked Ladies, a également fait frissonner la foule.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, a raconté à quel point il admirait les idéaux de Jack Layton, «un homme du peuple», sa faiblesse pour la diversité et son éternel optimisme. «Il ne faut pas que rêver de petits rêves», a-t-il conclu, en remettant une plume à Mme Chow.

Enfin, le révérend Brent Hawkes a évoqué la rencontre qu’il avait eue avec M. Layton en juillet pour organiser les funérailles du chef néo-démocrate, plan qu’il avait soigneusement remisé «au classeur».

«Et on a espéré que nous n’aurions pas à nous en servir avant plusieurs années.»

Ce rêve ne s’est pas réalisé; M. Layton est décédé lundi des suites d’un cancer.

------------------------------------------------------------

Ce qu'ils ont dit (propos recueillis par Charles-Antoine Gagnon / Agence QMI):


Stephen Harper, premier ministre du Canada: «Ça a été une semaine très émotive. C’est une opportunité pour tous les Canadiens, ses supporteurs comme ses opposants, de rendre hommage à Jack Layton pour sa contribution à la vie publique. J’espère que ceci a été réconfortant pour ses amis et sa famille.»
--
Nathalie Normandeau, ministre des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, et vice-première ministre : «Ça a été une très belle cérémonie, une cérémonie dynamique à l'image de Jack Layton. Ce fut aussi très touchant. La cérémonie a été à la hauteur de tout l'amour que lui portaient, et que vont continuer à lui porter pour longtemps, les Québécois et les Canadiens.»
--
Denis Coderre, député fédéral (libéral) de Bourassa: «Lorsque j’étais à l’aéroport de Montréal [samedi] matin, des gardiens de sécurité et des gens m’arrêtaient pour me dire de saluer Jack pour eux. C’est quelque chose d’émouvant. J’ai toujours aimé Jack. On s’est parlé souvent. De voir à quel point il a été foudroyé par cette maladie, la moindre des choses est de se saluer entre passionnés.»
--
Gilles Duceppe, ancien chef du Bloc québécois: «Il était très près des gens, et les gens étaient aussi très près de lui. C'est la réaction qu'on a observée de la population.»
--
Jean Chrétien, ancien premier ministre (libéral) du Canada: «Jack a été un politicien professionnel. Il parlait du fond de son coeur, et je pense que les gens ont apprécié ça.»
--
Yvon Godin, député fédéral (néo-démocrate) d’Acadie-Bathurst: «Il y avait aucune contestation de M. Layton. Le peuple canadien l'a démontré d'un océan à l'autre.»
--
Paul Martin, ancien premier ministre (libéral) du Canada: «Jack Layton était en mesure de communiquer ses idées avec une forte conviction. Il avait des valeurs bien ancrées. C'était facile de parler avec lui parce qu'il était ouvert.»

TOUTES LES NOUVELLES


27 août 2011
Quatre Canadiens sur cinq sont d'accord
Cérémonie émouvante pour Jack Layton
Des milliers de personnes lui rendent hommage
Les Canadiens viennent nombreux

26 août 2011
Jack Layton: dernier au revoir à Toronto
Faire du Canada un meilleur pays
Les Torontois rendent hommage à Jack Layton

25 août 2011
Les Canadiens ont accompagné Jack Layton jusqu'à la toute fin
Le National Post s'offusque

24 août 2011
Jack Layton en chapelle ardente
La petite fête du NPD aura-t-elle lieu?

23 août 2011
La dépouille sera exposée au parlement mercredi et jeudi
Les Torontois rendent hommage à Jack Layton
Condoléances dans les locaux du NPD
«Une peine incommensurable» pour Thomas Mulcair
Mulcair à la tête du NPD?
La légende du bon Jack
Il voulait être «premier ministre»

22 août 2011
Dernier au revoir
La «ville de l’amour», disait-il de Québec
Des funérailles d’État
Une progression sans pitié
La politique perd un grand
Jack Layton perd son combat
«Layton : chien de garde des démunis à Toronto»
«L'optimisme est meilleur que le désespoir»
Une vague de sympathie déferle sur les réseaux sociaux



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos