Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


Chronique

Un bijou de maire à Ste-Julienne

Journal de Montréal Stéphane Gendron
18/05/2010 05h09 
 
 

Avec la démocratisation des moyens d'information, le citoyen peut nous montrer nos politiciens sous un éclairage digne des plus grandes téléréalités. Au-delà de l'image préfabriquée et des discours officiels, nos élus sont soudainement devenus humains grâce aux nouvelles technologies de l'information, qui nous renvoient à des réalités parfois bien affligeantes.

C'est le cas du maire Marcel Jetté, élu à la tête de Sainte-Julienne, une ville d'un peu plus de 8 000 habitants dans la couronne nord de Montréal. Un citoyen désireux de diffuser les bonnes nouvelles du nouveau conseil municipal a publié sur le site YouTube (Sainte-Julienne. La fierté a un nom : Marcel Jetté) de larges extraits des allocutions du maire, de retour dans son siège après une pause électorale en 2005. Ainsi, en pleine séance du conseil, le bon maire Jetté raconte à ses citoyens comment il a obtenu une subvention de 100 000 $ pour le pavage du rang Saint-François. Le tout s'est déroulé durant un tournoi de golf de la MRC de Montcalm. «Je vous dirâs - j'espère que vous l'répéterez pas à pârsonne, c'est pour entre nousautres. Ça c'é réglé après la game de golf dans le douche des hommes, assis avec la serviette autour du corps - comme on peut dire, enrobé d'un cache-cul - avec M. François Legault, M. Roger Gaudet - qui était préfet dans l'temps, M. Chevrette et moi-même, assis sur le banc, avec une p'tite bière dîn mains, en train de discuter de ma subvention de 100 000 $...»

C'est comme cela qu'on alloue les subventions du fonds discrétionnaire du ministère des Transports pour le pavage des routes municipales ? Dommage, je n'aime pas l'alcool. Et aller prendre ma douche avec mes collègues maires, ce n'est pas ma tasse de thé. Voilà pourtant un exemple parmi tant d'autres de la façon dont est conduite la politique municipale au Québec.

Un métier à part entière

De plus en plus, des voix s'élèvent afin que l'on s'assure que les candidats aux postes municipaux puissent au moins détenir une formation de base ou des qualifications que l'on pourrait juger essentielles à l'exercice du pouvoir, comme savoir lire, comprendre les mots et se servir d'Internet. Un maire - au XXIe siècle - doit gérer quotidiennement des employés, des conventions collectives, négocier avec les fonctions publiques québécoise et canadienne, et incarner l'agent de développement de sa communauté. Ce n'est plus une jobine à temps partiel.

Oui, le maire Labeaume avait raison quand il mentionnait au congrès de l'UMQ que nous - les élus municipaux - souffrions d'un déficit de crédibilité. Labeaume vise en plein dans le mille lorsqu'il déclare qu'on a deux choix dans l'exercice du pouvoir : voir ou ne pas voir. On peut étendre la remarque à tous les aspects de la politique. Au fond, on peut sortir de Sainte-Julienne et transposer nos remarques sur l'administration du bon maire Tremblay qui n'est même pas foutu de s'assurer de l'exclusivité de son directeur général.

Pour en finir avec Sainte-Julienne, le directeur général des élections enquête actuellement sur l'étrange disparition de 1 000 bulletins de vote «non utilisés» qui auraient été détruits dans les jours qui ont suivi le 1er novembre dernier. Le maire Jetté a été élu avec une majorité de 965 votes. À suivre.



 
 


  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.