Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


La chronique de Richard Martineau

Le retour de l'homme des cavernes

Richard Martineau
15/12/2009 08h17 - Mise à jour 15/12/2009 10h48

Partager

La chronique de Richard Martineau - Le retour de l'homme des cavernes
 

L'autre jour, je vous parlais des masculinistes radicaux du Québec. Savez-vous que même le journal Le Monde s'intéresse au sujet?

Vendredi dernier, le quotidien français a publié un texte sur le 20e anniversaire de Polytechnique. La journaliste Martine Valo en a profité pour interviewer Jean-Claude Boucher, le fondateur du groupe L'Après-rupture.

Ses propos sont assez spéciaux, merci.

TOUTES DES LESBIENNES!

Voici un petit florilège des affirmations de monsieur Boucher:

«Polytechnique ne peut pas être séparée du féminisme. Je n'irai pas jusqu'à dire que les féministes l'ont suscité... mais enfin, cet événement-là faisait leur affaire...»

«Depuis les années 1980, les hommes n'ont plus aucun privilège. Tout ça à cause de la propagande haineuse des féministes. Il y a un Allemand qui a fait basculer tout un pays de cette façon.»

«C'est le lesbianisme qui est derrière tout ça. Une femme qui a un bon père, un bon mari et deux enfants mâles ne peut pas être féministe! Ça n'a pas de bon sens.»

«Il faut admettre que nos cerveaux sont différents. Les femmes n'aiment pas occuper des postes de pouvoir. Elles sont d'extraordinaires numéros deux. Pourquoi vouloir changer ça?»

LES EXTRÊMES SE TOUCHENT

Je ne donne pas le Bon Dieu sans confession aux groupes féministes. J'ai condamné à plusieurs reprises leurs dérapages, et j'ai souvent pourfendu la façon méprisante dont on traite les hommes dans la publicité, par exemple.

La femme a toujours réponse à tout, alors que le gars est dépeint comme un cornichon...

Mais de là à dire que les féministes sont des lesbiennes fascistes qui détestent les hommes ou que les femmes sont «biologiquement» programmées pour être des secrétaires ou des assistantes, il y a une marge!

Avec des amis comme Jean-Claude Boucher, les groupes masculinistes n'ont pas besoin d'ennemis.

Le directeur de L'Après-Rupture me fait penser à Andrea Dworkin, la féministe radicale qui, dans les années 70, affirmait que toute pénétration vaginale, même consentie, était un viol!

C'est un enragé qui discrédite sa cause... Comme dit le proverbe: les extrêmes se touchent.

RETOUR SUR LE PARTY DE LA CAISSE

Hier, je vous disais que les employés de la Caisse de dépôt ont eu droit à un beau gros party à la gare Windsor.

Mon texte pouvait donner l'impression que le party était financé à 100% par la Caisse. Ce n'est pas le cas.

Le party était payé par le Fonds social des employés de la Caisse, qui est financé à 50% par les employés et à 50% par la Caisse.

La Caisse a donc payé la moitié du party de Noël de ses employés - soit près de 22 500 $ (500 personnes à 90 $ chacune, m'a-t-on dit).

Tout ça, alors que la plupart des entreprises privées mettent leurs partys de Noël sur la glace à cause du contexte économique...

C'est bien de voir que malgré les déboires catastrophiques de la Caisse de dépôt (on parle tout de même de pertes historiques de 40 milliards de dollars, ce qui n'est pas de la tarte), ses employés avaient quand même le coeur à fêter.

Il faut dire qu'avec le régime de bonus qui a été mis en place pour les féliciter de leur bon travail, moi aussi, je danserais!




Partager





  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.