Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


La chronique de Marie-France Bazzo

Pourquoi je ne voterai pas

Marie-France Bazzo
21/11/2008 08h45 

Partager

Le 8 décembre, pour la première fois de ma vie, je n'irai pas voter.

J'ai étrenné mon droit de vote lors du référendum de 1980 et depuis, été comme hiver, avec enthousiasme ou la mort dans l'âme, au provincial comme au fédéral, parfois pour l'homme, des fois contre le parti, par conviction ou par stratégie, j'ai toujours fait mon X l'échine parcourue d'un léger frisson démocratique dans l'isoloir.

Mais cette fois-ci, je m'abstiendrai.

Ces jours-ci, je me repasse en boucle la chanson d'Alain Souchon : «Foule sentimentale, faut voir comme on nous parle... On nous inflige des désirs qui nous affligent, alors qu'on est des foules sentimentales avec soif d'idéal.»

Oui, les foules sentimentales ont besoin de rêver. Elles veulent des chefs honnêtes et inspirants, qui leur parleraient d'éducation, de décrochage, de poésie, de difficulté ; qui réfléchiraient où on sera collectivement dans 20 ans.

FOULE SENTIMENTALE

Quand la chanson de Souchon se termine, j'entends le ronron absurde de la campagne électorale. Statistiques creuses, mea-culpa de pacotille, autobus qui tournent en rond, tournoi d'embrassage de bébés, perruque blonde à Dieu merci, picossage, niaisage...

Pendant ce temps, la planète est au bord du gouffre, on parle de refondre le capitalisme mondial. Notre royaume en coton ouaté est-il encore sur la planète ?

On s'étonnera ensuite d'un taux de participation particulièrement bas aux élections, on supputera sur les raisons de la déprime des citoyens...

AVEC SOIF D'IDÉAL...

Partout autour de moi, je vois des hommes et des femmes, des gens ordinaires, qui généralement votent, qui ont rêvé avec les États-Uniens, et qui sont tannés des campagnes à répétition.

Mais il y a plus. Les gens savent que cette fois-ci, dans de nombreuses circonscriptions, leur vote ne fera aucune différence. Plus personne n'évoque la réforme du mode de scrutin ou la refonte de la carte électorale qui permettraient aux nuances de l'opinion d'un peu mieux s'exprimer. Le déficit démographique n'est pas une abstraction, mais quelque chose de perceptible.

Comme citoyenne, je peux m'exprimer à travers des groupes, des lobbys, intervenir sur la place publique. En ce moment, ce pouvoir est plus précieux et plus efficace que mon vote.

Parce qu'à force de traiter électeurs, élections et système démocratique comme une bébelle qu'on remonte aux 2 ou 4 ans, les politiciens, tous partis confondus, ont épuisé le mécanisme.

Le seul bout de pouvoir d'électeur qui me reste est celui de dire non.

Non, je ne crois plus ceux qui parlent en clips de 8 secondes. Je les trouve indécents. La seule chose qu'ils veulent de nous est un taux de participation suffisant pour les rendre légitimes. Et je n'ai pas envie de les aider. Ils seront élus, certes. Légaux, d'accord, mais légitimes, le moins possible. Je n'ai plus envie qu'ils se réclament de NOUS.

Parce que nous ne sommes pas cyniques. Désabusés de la classe politique, oui, mais encore pleins d'espoir.

Peut-être qu'alertés par un significatif ras-le-bol, quelque chose comme à peine 50 % de taux de participation, ils se questionneront enfin. Qu'on écoutera un peu plus le peuple. Peut-être qu'un homme ou une femme de bonne volonté se lèvera, inspiré. Peut-être qu'on se reprendra à rêver. Parce qu'on est capables de grandes choses.

Parce qu'on est une foule sentimentale...






Partager





  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.