INCONTOURNABLES

Théâtre pour les jeunes !
PUB

Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


La chronique de Joseph Facal

Les sept plaies d'Haïti

Journal de Montréal Joseph Facal
18/01/2010 07h12 
 
 

Depuis plus de deux siècles, l'infortuné peuple haïtien est affligé par sept plaies qui rappellent le récit biblique : le despotisme, la corruption, l'analphabétisme, la maladie, la dépendance, l'indifférence et le départ définitif de ses enfants les plus doués.

Seules les catastrophes, qui s'abattent sur ce pays avec une régularité que les gens superstitieux pourraient apparenter à une malédiction, tirent momentanément ce pays de l'oubli. Autrement, on n'en parle que lorsqu'on cherche l'exemple le plus extrême d'une société où tout, rigoureusement tout, va toujours mal.

Du point de vue des grandes puissances, ce pays n'a en effet aucune importance géopolitique et ne possède aucune ressource naturelle pour laquelle il y a le moindre intérêt. Du temps où elle était une colonie française, Haïti, qui s'appelait alors Saint-Domingue, était pourtant le premier producteur mondial de sucre et représentait le tiers des revenus de l'empire colonial français.

CORRUPTION GÉNÉRALISÉE

Aujourd'hui, voici un pays qui produit, pour l'essentiel, des mangues, du café, de l'huile et dans lequel 98 % des forêts ont été rasées. Et que voulez-vous vendre à des gens qui gagnent en moyenne 600 $ par année et dont la moitié environ vit avec moins de 1 $ par jour ? Haïti est un pays dont les travailleurs humanitaires vous diront souvent, à mots à peine couverts, qu'ils n'ont aucun espoir réaliste de le voir, un jour, se redresser.

Pourquoi est-ce ainsi ? Madame Michèle Pierre-Louis, un autre de ses éphémères et impuissants premiers ministres que ce pays brûle en quelques mois, notait que le peuple haïtien, qui n'a pas moins de talents que n'importe quel autre, est écrasé par des éléphants qui l'empêchent de se redresser.

NAISSANCE GLORIEUSE

Ces éléphants, c'est une petite élite locale qui considère ce pays, ou ce qu'il en reste, comme sa chose personnelle. On n'y retrouve pas une seule force politique, dit-elle, qui ne soit gangrenée de part en part par la corruption. Dégoûtés, les meilleurs s'en vont et ne reviennent jamais, envoyant de l'argent à leurs proches depuis l'étranger. Comment les blâmer ?

Ce destin est d'autant plus cruel que la tumultueuse histoire de la naissance d'Haïti est une des pages les plus sublimes et méconnues de l'aventure humaine. Née en 1804, la République haïtienne est le fruit de la première révolte d'esclaves ayant triomphé dans l'histoire. Mais le ver était déjà dans la pomme puisque les Pères fondateurs se mirent immédiatement à se trahir les uns les autres et à gouverner de manière violente.

Jusqu'en 1915, date de l'invasion américaine, ce pays avait compté pas moins de 27 dictateurs, tous ineptes et sanguinaires. L'occupation américaine, elle, visait à s'assurer que la Citibank récupérerait ses dettes et à faire changer l'article de la Constitution qui empêchait la vente des plantations à des intérêts étrangers. Puis vinrent les Duvalier, et une autre série d'alternances entre des généraux putschistes, des impuissants de passage et des dirigeants qui plongent eux-mêmes rapidement dans la corruption qu'ils dénonçaient la veille.

La seule certitude est que, pour espérer obtenir des progrès comme ce pays n'en a jamais connu, il faudra tenter ce qui n'a jamais été tenté. Mais quoi ?



 
 


  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.