Jacques Lanctôt

Chronique de Jacques Lanctôt

Agence QMI

La première déclaration d'indépendance

La première déclaration d'indépendance

Le 10 octobre 1868, il y a cent cinquante ans exactement, avait lieu la première déclaration d'indépendance de Cuba. Cuba était alors une colonie de l'Espagne et vivait sous un régime colonial.

Ce jour-là, le général cubain Carlos Manuel de Céspedes ordonna la libération de tous les esclaves et déclara que tous les citoyens étaient égaux, peu importe leurs origines et la couleur de leur peau.

On avait fabriqué un drapeau qui évoquait les trois couleurs du drapeau de la jeune république française, le bleu, le blanc et le rouge car on partageait les valeurs de la Révolution française. On avait aussi écrit un hymne national, un véritable cri de ralliement, la Bayamesa, qui constitue encore aujourd'hui l'hymne national de Cuba.

Mais ce qu'il importe de savoir, c'est qu'on n'attendit pas les conditions gagnantes et on se lança sans plus tarder à l'assaut des troupes espagnoles qui n'entendaient pas se laisser déposséder facilement de leur riche colonie. Avec seulement quelques fusils mais armés de machettes, la poignée d'indépendantistes avec à leur tête de Céspedes et le poète José Marti entreprirent leur première expédition guerrière. Cela est bellement montré dans le très émouvant film La primera carga a machete (La première charge à la machette), du cinéaste cubain Manuel Octavio Gomez, produit en 1968.

Cette guerre d'indépendance allait durer une trentaine d'années, jusqu'à la victoire des indépendantistes sur l'Espagne, victoire escamotée par l'intervention des États-Unis qui, forts de la doctrine Monroe, avaient décidé que Cuba ferait désormais partie de leur arrière-cour. Les Américains s'attribuèrent donc tout le mérite de la victoire. À peine libérée de l'Espagne, Cuba passait entre les mains des États-Unis qui en profitèrent pour établir une base militaire à Guantanamo, à l'extrémité orientale de l'île. La lutte de libération allait donc se poursuivre jusqu'à la véritable indépendance, en 1959.

Ces jours-ci, on a abondamment parlé dans les médias cubains de cette première charge à la machette des indépendantistes. Le 10 octobre est jour férié depuis plusieurs années et il est consacré à la mémoire du général Carlos Manuel de Céspedes, le fondateur de la nation actuelle, avec son métissage incomparable et sa fierté indéfectible. On souligne que Fidel et le Che n'ont fait que poursuivre le combat de Céspedes et de Marti, jusqu'à la victoire finale.

Pourquoi est-ce que je rappelle cet événement ? Bien sûr, les conditions ont changé aujourd'hui. Il ne s'agit plus de prendre les armes pour lutter pour l'indépendance du Québec. D'ailleurs il n'existe pratiquement plus de mouvements indépendantistes à travers le monde qui luttent les armes à la main pour leur souveraineté. Les Basques, les Bretons, les Corses, les Catalans, les Canaks luttent avec d'autres moyens pour revendiquer leur pleine autonomie. Les Portoricains tout autant et le dernier prisonnier politique portoricain a été libéré il y a quelques années après une quarantaine d'années dans les pénitenciers américains.

Je veux juste dire qu'il ne faut pas nécessairement attendre les conditions gagnantes pour entreprendre le combat pour notre souveraineté. C'est le message qu'ont livré les dirigeants cubains en ce 10 octobre 2018. En 1868, les patriotes cubains ont déclaré l'indépendance avec tous les risques que cela supposait. Les indépendantistes québécois devraient un jour adopter cette stratégie, lorsque nous serons au pouvoir, bien évidement. Une telle stratégie aurait le mérite de mobiliser toutes nos énergies et de susciter l'adhésion de ceux qui n'y croient plus ou du moins qui ne croient pas en la stratégie attentiste. Il faut risquer, il faut de l'audace et encore de l'audace. Cela n'a rien à voir avec les conditions gagnantes. Et il faut en parler dès maintenant pour organiser la mobilisation de toutes es forces indépendantistes. On peut appeler cela un changement de stratégie peut-être, mais on garde toujours le cap sur l'indépendance.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos