Jacques Lanctôt

Chronique de Jacques Lanctôt

Agence QMI

La charte des valeurs fédérales

La charte des valeurs fédérales

François LegaultSébastien St-Jean / Agence QMI

Pourquoi cette hystérie des journalistes radio-canadiens devant le projet de Legault de soumettre les nouveaux arrivants à un test de connaissance de la langue française et des valeurs québécoises? Ne savent-ils pas, ces éternels indignés devant l'affirmation nationale, que notre si ouvert gouvernement fédéral se prête à un tel exercice avec ceux qui désirent obtenir la nationalité canadienne et son passeport qui vient avec le titre? D'un côté, ce serait acceptable et de l'autre ce serait indigne et raciste?

Le gouvernement fédéral exige tout d'abord une bonne connaissance d'une des deux langues officielles de la part des nouveaux arrivants. Il arrive même que ledit gouvernement ne reconnaisse pas les cours de francisation de certains organismes comme ceux dispensés par des écoles spécialisées de la Commission scolaire de Montréal et qu'il oblige les nouveaux arrivants à suivre des cours dans une université anglophone, entre autres. Les tests sont ensuite envoyés en France pour qu'ils soient corrigés, come s'il n'y avait pas de personnes compétentes au Québec pour le faire ou comme si on craignait une forme de collusion entre correcteurs-professeurs et étudiants, aussi incroyable que cela puisse paraître. C'est une procédure humiliante mais aucun journaliste ne la dénonce.

Ensuite, les postulants doivent débourser six cents dollars pour s'inscrire en vue d'obtenir la citoyenneté canadienne. Puis apprendre par coeur un document imposant sur l'histoire du Canada, ses principales dates, les noms de militaires et généraux qui se sont illustrés durant les guerres passées, au dix-neuvième siècle, les sites de combats entre Américains et Canadiens, etc. Une sorte de charte des valeurs canadiennes. Moi-même, je n'ai pas su répondre à certaines questions pointues et j'estime tout de même être assez féru en histoire canadienne et québécoise. J'ignorais qu'il y avait une « Journée sir John A. Macdonald » et une « Journée sir Wilfrid Laurier ». On y présente une version édulcorée de notre histoire et notre culture.

Je sais que chez les Canadiens anglais, on célèbre la fête de la reine Victoria, le lundi précédant le 25 mai, mais dans cette charte fédérale des valeurs canadiennes, on ne mentionne pas que ce même jour, on célèbre au Québec la Journée nationale des patriotes (depuis 2003). J'ignorais qu'il existait un « hymne royal canadien » intitulé « Dieu protège la reine (ou le roi) » qu'on peut jouer ou chanter « à toute occasion où les Canadiens veulent honorer le souverain » et on y indique les paroles dans les deux langues, bien évidemment. Quant à l'hymne national du Canada, le « Ô Canada », il est présenté dans ses deux langues et versions différentes, sans autre explication. Le Canada est sans doute le seul pays à posséder deux versions différentes de son hymne national, l'une pour les francophones et l'autre pour les anglophones.

Bien sûr, quelque part dans le document, on y mentionne que le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue, ce que n'a pas su répondre François Legault, mais je défie bien des journalistes de me dire quelle est la ville la plus importante de cette province, entre Saint John, Fredericton (sans accents s'il vous plaît) et Moncton. Ou quelle est la province la plus peuplée des maritimes ou encore des Prairies. Ou encore quelle est la plus ancienne colonie de l'empire britannique parmi les quatre provinces maritimes. Saviez-vous que c'est à Regina, la capitale de la Saskatchewan, que se trouve l'école de la Gendarmerie royale du Canada? Qui pourrait me dire ce que signifie Nunavut et en quelle année il a été créé? Ou encore quelle est la signification du coquelicot du jour du Souvenir? Ou « quelle est la plus haute distinction que les Canadiens peuvent recevoir »? Et ainsi de suite pendant des dizaines de pages. Sans oublier que chaque nouveau citoyen doit jurer « allégeance à sa Majesté la Reine Elizabeth Deux Reine du Canada, à ses héritiers et successeurs... » Ce que moi je ne suis pas obligé de faire. D'où les craintes justifiées de ces « nouveaux » Canadiens à se prononcer publiquement en faveur de l'indépendance du Québec : va-t-on leur retirer leur citoyenneté?

François Legault ne serait pas le seul à trébucher, parmi les aspirants au poste de premier ministre ou parmi les journalistes donneurs de leçons. Je ne souhaite pas la victoire de François Legault aux élections du 1er octobre prochain, mais je trouve qu'on est bien injuste dans le traitement que les médias lui font dès qu'il est question de la défense de notre identité. Ce qu'il est le seul à faire avec le Parti québécois.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos