Jacques Lanctôt

Chronique de Jacques Lanctôt

Agence QMI

L'hydre multiculturel

L'hydre multiculturel

Andrey_Arkusha - stock.adobe.com

Si je dis que le niqab et la burka n'ont pas leur place dans l'espace public qui doit être neutre, si je dis que les services doivent être offerts et reçus à visage découvert, si je dis que les immigrants, quels qu'il soient et d'où qu'ils viennent, doivent adopter les grands principes de notre culture sociétale, dont l'égalité en droits pour les femmes et les hommes, et s'adapter à nos conditions de vie, tout comme ils le font lorsqu'arrivent les grands froids, je vais passer aux yeux d'une certaine gauche orthodoxe pour un raciste systémique.

Je vais être accusé de vouloir une société fermée sur elle-même, de ne pas être ouvert à l'autre, de vouloir faire du Québec une société uniforme. Je vais être accusé de ne pas comprendre la réalité de l'immigrant, d'être intolérant et de mépriser les femmes musulmanes voilées en les excluant de facto de la société québécoise à laquelle pourtant elle chercherait à s'intégrer. Ouf!

Cette gauche autoproclamée inclusive n'a jamais condamné le multiculturalisme, cette hydre sournoise mise au monde ici par Pierre Elliot Trudeau pour mieux étouffer les aspirations légitimes du Québec, dont celle de la laïcité. Rappelons simplement qu'il n'y a pas si longtemps, la militante Dalila Awada avait affirmé, devant les membres du parti Québec solidaire réunis en congrès, que le Parti québécois portait en lui « la bête du racisme », sans que ses propos intimidants et sulfureux ne soient condamnés ni par la direction de ce parti ni par les tribunaux. Sous le couvert de progressisme, ces gens regroupés dans différentes organisations, allant de QS au PLC, en passant par Québec inclusif, le NPD, le PLQ et certains organismes gouvernementaux ou paragouvernementaux, distillent la haine du Québec.

Hier, dans le quotidien Le Devoir, Francine Pelletier en rajoute une couche, comme on dit, en comparant la tenue vestimentaire et le look d'un jeune punk à une femme voilée. « Ces accoutrements [ceux de la femme voilée] jouent exactement le même rôle que la tête rasée du jeune punk, avec sa couronne de pics acérés bien plantés au milieu, le tout rehaussé d'hameçons dans le nez. » Comment Le Devoir a-t-il pu laisser passer une pareille grossièreté? Si j'étais punk, je protesterais auprès de la direction de ce journal. Surtout qu'elle affirme sans nuance que le punk représente pour la société « une bien plus grande menace ». Re-ouf!

Ainsi donc, c'est du pareil au même, selon elle. Faut vraiment être de mauvaise foi, sans jeu de mot, pour comparer une forme de coercition, de soumission et de marginalisation religieuse à une tenue vestimentaire décidée librement, celle du punk, sans contrainte, par besoin de se distinguer de la masse et par provocation. Ce voile que la chroniqueuse banalise honteusement et qui ne constitue pas, à ce que je sache, un droit de la personne, est plus qu'un simple bout de tissu, c'est autre chose qu'un « pied de nez », comme elle l'affirme, autre chose qu'un « cas de liberté de conscience », autre chose qu'un « doigt d'honneur », il est le symbole de la soumission de la femme aux diktats d'hommes qui refusent l'égalité homme-femme. Des milliers de femmes ont été tués, battues à mort, lapidées parce qu'elles refusaient de le porter. « Le problème n'est pas la religion, affirme dans le même journal, Annie Brisset, professeure émérite à l'Université d'Ottawa, mais ce qu'il représente dans notre régime de visibilité, de mixité et d'égalité. [...] Voilà pourquoi le féminisme voilé est une contradiction dans les termes... »

Paradoxalement, Francine Pelletier affirme dans un premier temps que cette tenue vestimentaire est simplement « une promotion ambulante du vivre-séparé ». Puis, elle termine sa chronique erratique par cette phrase sortie de nulle part : « Le vrai vivre-ensemble, le voilà », supposant qu'il consiste à laisser les femmes voilées faire comme bon leur semble. C'est à n'y rien comprendre.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos