Jacques Lanctôt

Chronique de Jacques Lanctôt

Trois bonnes nouvelles

Chronique

Justin Trudeau  Photo Agence QMI /Archives


Jacques Lanctôt

Enfin, les bonnes nouvelles arrivent. Depuis le temps que je vous entretiens de tous les malheurs de la terre, il était temps de marquer une pause et de saluer l'arrivée du printemps et des premières chaleurs avec de bonnes nouvelles.

Première bonne nouvelle : Al-Qaïda s'intéresse au Canada et les deux solitudes sont enfin réunies grâce à un complot diabolique ourdi dans la lointaine Iran: Montréal et Toronto ont fait le tour du monde cette semaine dans les bulletins de nouvelles et ont connu leurs quinze minutes de célébrité. Deux résidents permanents du Canada, un Tunisien vivant à Montréal et un Palestinien vivant à Toronto, ont été arrêtés et accusés d'avoir voulu commettre un attentat contre un train de passagers de Via Rail. Pourquoi des islamistes radicaux s'intéressent-t-ils à Via Rail, ça on ne le sait pas encore, la GRC étant pour le moment très avare de commentaires.

Dans les années soixante, les militants indépendantistes s'étaient intéressés de près au Canadien national, l'ancêtre de Via Rail. Cette compagnie, à travers la bouche de son président, Donald Gordon, avait déclaré que les francophones n'avaient pas leur place à la haute direction de cette entreprise fédérale parce qu'ils n'avaient pas les compétences requises pour occuper ces fonctions. Cette déclaration brutale «comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu» avait conduit à bien des choses, dont la création d'une Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme qui confirmera ce que tout le monde savait: le revenu moyen des Canadiens français est de 35% inférieur à celui des Canadiens anglais et pour le salaire, les Canadiens français viennent au douzième rang sur quatorze, juste après les Esquimaux et les Italiens.

Coudonc, Al-Qaïda voudrait-elle tisser des liens de solidarité avec le mouvement indépendantiste québécois? L'enquête de la GRC nous le dira mais je vous confirme tout de suite que, pour ma part, je n'ai pas été contacté par cette nébuleuse. C'est important de le dire car avec la nouvelle loi antiterroriste, la police peut arrêter qui elle veut sans mandat.

Cependant, s'il est un endroit au monde où Al-Qaïda a les coudées franches actuellement et reçoit des armes des puissances occidentales, c'est en Syrie, à travers le fameux Conseil national syrien, vous savez, ces soi-disant rebelles armés et payés par la France et les États-Unis, comme ils le furent en Lybie. Vous en connaissez beaucoup, vous, des révolutionnaires qui sont amis-amis avec la plus grande puissance militaire au monde?

Deuxième bonne nouvelle du printemps 2013: l'élection de Justin Trudeau à la tête du Parti libéral du Canada. Ça prouve que le Canada est vraiment à court d'hommes ou de femmes de valeur, c'est-à-dire qui ont fait leurs preuves dans le domaine des idées. Ça prouve que la société civile canadienne est dans un état lamentable et ça réjouit le bloquiste qui sommeille en moi. Il me semble que si j'avais à trouver une personne de grande valeur pour remplacer au pied levé Pauline Marois (en supposant qu'elle soit forcée de se retirer pour toutes sortes de raisons), j'aurais vraiment l'embarras du choix. Comprenez-moi, je ne souhaite pas le départ de Pauline Marois, je veux juste dire que nous avons ici au Québec, en dehors du PLQ et de la CAQ, une pépinière riche en belles découvertes, qui s'alimente aux énergies propres et renouvelables.

Troisième bonne nouvelle : l'assurance d'une participation du Canadien de Montréal aux finales de hockey. Les pauvres commerçants du centre-ville, qui ont été soumis à rude épreuve au cours du lock-out de la LNH et du printemps érable 2012, pourront heureusement se rattraper. Mais je ne sais pas si je dois vraiment m'en réjouir. Car aussi bien en cas de victoire que de défaite du Canadien, il y aura des manifestations spontanées sans que la police soit mise au courant de la trajectoire des manifestants. Il y aura immanquablement du grabuge, de la violence gratuite et des arrestations, surtout qu'une majorité d'élus municipaux n'ont pas voulu abroger le règlement antimanifestation et voter en faveur de la paix sociale.


Vidéos

Photos