Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


Commission Bastarache

Le jour du «Post-it»

Journal de Québec
20/09/2010 21h00 
 
 
Commission Bastarache - Le jour du «Post-it»
 

Après le carton incriminant et l’encre luminescente, les travaux de la commission Bastarache ont été dominés lundi par les «Post-it» jaunes de Georges Lalande.

Georges Lalande est un haut fonctionnaire ayant de longs états de service qui l’ont amené à la direction de plusieurs ministères (Transports notamment) et organismes publics (SAAQ). Il a aussi été l’un des sous-ministres de Marc Bellemare durant le court séjour de l’ex-ministre de la Justice dans le monde politique. Il est maintenant à la retraite.

Georges Lalande a conservé ses agendas vieux de sept ans et, surtout, ce qui est remarquable, les autocollants jaunes de nos cahiers de notes. Ces grands commis de l’État ont l’habitude de coucher sur papier beaucoup de choses.

Les Post-it de Lalande sont dérangeants pour le gouvernement. C’est le seul témoin, semble-t-il, qui viendra confirmer que Marc Bellemare était l’objet de pressions insistantes des collecteurs-solliciteurs et il l’a fait lundi de façon très affirmative. S’il a utilisé des Post-it, a-t-il expliqué devant la commission, c’est qu’il s’agissait de sujets qui n’étaient pas reliés à son travail au ministère et qui concernaient uniquement le ministre.

Dans ces notes, on retrouve donc des dates de rencontres et des propos attribués à Franco Fava lors de deux rencontres. «Franco me revient avec ses affaires de nomination», «On veut que la cousine de Michel Després soit nommée à Québec», «Je rencontre régulièrement Chantal (Landry) pour aligner nos listes... et Jean (Charest) est d’accord avec ça.»

Le témoignage de Lalande est lourd de conséquences. Voilà un grand mandarin à la retraite qui a bien peu de choses à gagner, a priori, en collant à la version de l’ancien ministre. Il aurait eu une connaissance directe de pressions indues et en a gardé un souvenir et une trace. De plus, il appartient à la grande famille libérale puisqu’il a été député de Maisonneuve avant de tâter de la politique municipale à Québec.

Si Franco Fava a été aussi direct avec lui, doit-on comprendre de son témoignage, c’est qu’il comptait sur cet allié au ministère pour convaincre le ministre. Il y aurait une certaine forme de «give and take» au sujet de la réforme des tribunaux administratifs, projet cher à Marc Bellemare et à Georges Lalande, qui en a fait une spécialité. En échange de quelques nominations, les argentiers du PLQ tenteraient de faire passer la réforme auprès des partenaires syndicaux et patronaux. C’est ce marché, pour reprendre l’expression de Me André Ryan, que le ministre Bellemare n’aurait pas compris ou endossé.

À la suite de son témoignage, Georges Lalande s’est fait cuisiner sérieusement par Me Ryan, qui a lâché: «J’ai beaucoup de difficulté à vous suivre», au sujet de la séquence des rencontres avec Franco Fava. Il est clair qu’on ne laissera pas ce dernier s’en tirer avec ses autocollants jaunes.

De son côté, Guy Bisson, un organisateur libéral de l’Outaouais, a confessé avec une belle candeur qu’il avait fait pression pour faire nommer son fils juge en 2003, car avant ça ne servait à rien, les libéraux étant dans l’opposition.

Fini la disette pour la commission, qui se farcit cette semaine une (trop) grosse brochette de témoins!

 
 


  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.