Membres Canoe.ca

Nos bulletins

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..

Adresse électronique :

Tous nos bulletins


La chronique de Donald Charette

Un test

Donald Charette
Le Journal de Québec
14/04/2008 08h29 

Partager

Le parti qui mène à l'hôtel de ville, le Renouveau municipal de Québec, a fait ses devoirs et accouché d'une proposition sensée en ce qui concerne la gouvernance municipale, lire le dégraissage de la structure politique.

Lors de la présentation du rapport Mercure le RMQ avait mal réagi en donnant l'impression de s'opposer à toute diminution du nombre de conseillers municipaux qui, faut-il le rappeler, sont au nombre de 37. Ça prend plus d'élus pour diriger la Ville de Québec que le cabinet Harper ou le cabinet Charest ! Si le surpoids fait des ravages à Québec, il en fait aussi au conseil municipal. Cette lourdeur est un héritage des fusions forcées où on a tenté de calmer le jeu en multipliant les postes à prime. Dans ce débat le RMQ doit trancher dans le vif au sein de ses propres troupes, et cet exercice est d'autant plus méritoire de sa part.

Peut être le RMQ a-t-il lu les sondages, peut-être a-t-il cheminé, toujours est-il qu'il a fait connaître cette semaine sa proposition: 28 élus répartis, et c'est là l'élément-surprise, dans 4 arrondissements au lieu de 8. Le rapport commandé par le maire Régis Labeaume suggère pour sa part de ramener le nombre de conseillers à 24, répartis dans 6 arrondissements.

Alain Loubier, le conseiller municipal du district de Limoilou, qui apparaît de plus en plus comme l'homme fort de cette formation politique, a présenté des arguments assez solides pour défendre sa proposition. Québec serait composée de 4 arrondissements formés d'un nombre égal d'élus, soit 7. C'est un équilibre intéressant par rapport à la proposition Mercure qui fait des arrondissements à géométrie variable. M. Loubier a souligné que nombre de villes fonctionnent à 7 conseillers, notamment à L'Ancienne-Lorette et Saint-Augustin. Un nombre impair permet de trancher les débats au sein d'un arrondissement.

De plus, le RMQ souligne que certains services de la Ville de Québec fonctionnent selon une division territoriale à 4 secteurs, comme le fait le service de police. On retrouverait donc une certaine division naturelle sans nuire aux services donnés aux citoyens. La proposition Loubier rejoint par ailleurs la volonté de sauver des coûts du maire Labeaume en écrasant la structure administrative. Le RMQ projette des économies de plus de 3 millions $, mais on a appris à la dure au municipal que les prévisions ne se réalisent pas toujours.

Voilà donc un solide document de réflexion. C'est pourquoi la réaction intempestive du maire Labeaume, qui l'a rejeté sans nuance, étonne. Depuis la France le maire a opiné que ce document ne servait qu'à gagner du temps et objecté que le RMQ n'a pas pris la peine de délimiter les 4 arrondissements. Fallait-il vraiment dessiner le contour de ces nouvelles «villes» ou laisser ce travail à l'administration municipale qui connaît le territoire et la livraison des services ?

Le maire Labeaume, on le sait, est un maire pressé. En ce qui concerne la gouvernance il compose avec un échéancier très court. Pour réduire le nombre de conseillers, il faut amender la Charte de la Ville, et cette modification législative doit être déposée avant le 15 mai si on veut la faire adopter avant l'ajournement de l'Assemblée nationale.

La ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, joue de prudence et insiste sur un consensus avant de procéder. L'Action démocratique de Mario Dumont endosse le rapport Mercure.

Il y a donc une réelle fenêtre pour rallier le RMQ et l'Action civique, et délarder le conseil municipal rapidement. Après son élection, le maire Labeaume avait démontré une volonté de s'entendre avec l'opposition, volonté qui malheureusement a fait long feu. Le maire a raison sur le fond et, qu'il y ait 28 ou 24 conseillers, il aura réussi en quelques mois à réaliser un de ses engagements électoraux les plus difficiles.

Il s'agit donc d'un test de leadership pour lui et on pourra juger de sa capacité à dialoguer avec la majorité au conseil. Maintenant qu'il a déposé ses valises, voyons si Régis Labeaume sait bien lire le jeu.






Partager





  LES GRANDS TITRES
[an error occurred while processing this directive]
National
[an error occurred while processing this directive]
Faits divers
[an error occurred while processing this directive]
International
[an error occurred while processing this directive]
Environnement
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
  EN CE MOMENT
  TVA DANS VOTRE RÉGION
Pour consulter les informations
régionales,
choisissez une région dans
le menu ci-dessous.