Le Second Floor dans les vestiges d'Exxxotica

Où sortir à Montréal - Le Second Floor dans les vestiges d'Exxxotica

 Photos Tristan Harris

Julien Cayer

Même s'il est l'un des quartiers les plus branchés de Montréal, le Mile-End ne dispose pas d'une quantité astronomique de bars. Les permis d'alcool se font rares, et il faut faire preuve d'imagination pour ouvrir un nouveau débit de boisson.

C'est le cas du Second Floor, un nouveau venu qui s'est établi au second étage du bar de danseuses nues Exxxotica.

Heureusement, les deux fondatrices de 22 ans, Julie Daigle et Mireille R. Champagne, qui officient aussi derrière le bar, ont de l'imagination à revendre.

Elles se sont complètement approprié la salle d'une capacité de 70 personnes en faisant appel à des artistes issus du milieu du graffiti et des arts visuels pour revamper la décoration.

L'effet est saisissant. On aime ou on n'aime pas, mais personne ne reste indifférent. Un recueil d'illustrations fait par les mêmes artistes est d'ailleurs en vente derrière le bar.

Ouvert pour l'instant les jeudis, vendredis et samedis après 22 h, l'endroit tient toutefois plus du bar où faire la fête en vidant les vodkas-soda que de la galerie où l'on boit son verre de pinot gris en se grattant le menton. «Ce n'est pas un endroit prétentieux. Le plus important, c'est l'ambiance. Il faut que les gens se sentent libres de faire ce qu'ils veulent», explique Mireille R. Champagne.

Lors de notre passage, le poteau de danse planté en plein milieu de la piste de danse, vestige des anciens occupants, a d'ailleurs inspiré plus d'une cliente. Sans parler de la peinture orange et des pinceaux qui sont remis à la clientèle avec le conseil de s'en servir à même les murs de l'établissement.

«On veut que la créativité des clients puisse s'exprimer à leur guise», précise Julia Daigle. Selon ses propriétaires, le bar, qui mêle les styles musicaux et les clientèles, n'est qu'un cadre pour provoquer des rencontres et danser.

«Pour l'instant, c'est encore un work in progress. Le bar va se définir avec le temps», croit Mireille R. Champagne.

D'ici à ce qu'il trouve son identité, on souhaite au Second Floor d'élargir sa gamme d'alcools, qui est encore un peu limitée. Et de se détacher encore plus du Exxxotica, avec qui il partage un portier en complet qui sied plus au premier étage qu'au second.

Second Floor, 5169, avenue du Parc. Montréal

Aussi sur Canoe.ca:

Les meilleurs endroits pour enterrer sa vie de garçon

Alcools forts: des bars pour vous messieurs

Une virée entre boys à Laval

Cafés où «cruiser», parler sport et étudier à Montréal

Coups de coeur: huit restaurants pour les carnivores


Vidéos

Photos